Dépêches > culture du vendredi 10 Janvier à 20H35

[Exclusivité] Jack et la mécanique créative de Mathias Malzieu

Belle réussite pour la première tentative sur grand écran du leader du groupe Dionysos, Mathias Malzieu. Jack et la mécanique du coeur sort en salles le 5 février. D'ores et déjà découvrez une scène du film en exclusivité.

Le jeune Jack nait à Edimbourg à la fin du 19ième siècle. Il fait très froid ce jour-là, son cœur gèle, la sage-femme le remplace par le mécanisme d’une horloge. Jack grandit ainsi bercé par son propre tic -tac, avec consigne absolue de ne pas toucher à ses aiguilles, ne pas se mettre en colère et ne pas tomber amoureux. Miss Acacia, chanteuse de rue, va venir bouleverser les règles de vie de Jack.

Une scène à découvrir en exclusivité :
{iframe|daily|420|639|x19htux}
Bravo Jack !

Mathias Malzieu / Clip Jack et la Mécanique du coeur /Dionysos - extrait

Jack et la mécanique du coeur, avec un  hommage à Georges Méliès et ses mécanismes d’horloges rappelle Hugo Cabret de Martin Scorsese. Passer après un géant du cinéma, avec les mêmes ressorts, quand on fait son premier film, c’était risqué.

C’est pourtant ce qui arrive à Mathias Malzieu qui adapte son livre La Mécanique du Cœur, pour le cinéma d’animation. Mais pour rétablir la chronologie il faut rappeler que Mathias Malzieu a écrit cette histoire en 2007. Son adaptation par Europacorp est en route depuis 2008. Le film a d’abord subi la faillite du studio d’animation qui l’avait en mains.

Le voilà donc, enfin, réalisé par Stéphane Berla, animé par le studio Walking the dog, avec les personnages imaginés par la célèbre illustratrice italienne Nicoletta Ceccoli. 

Dans les dessins se glissent des images noir et blanc, un cocktail savant qui emprunte à plusieurs registres du dessin et du cinéma. La musique de Dionysos donne du punch à cette histoire d'amour que les adultes peuvent autant apprécier que les pré-adolescents.

Le pari est réussi avec un casting de voix superbes qui va de Jean Rochefort à Grand Corps Malade, en passant par Olivia Ruiz qui incarne Miss Acacia, et Alain Bashung représenté en Jack l’Eventreur.

Georges Méliès, Almodovar, Robert Mitchum et Albator comme références

Jean Rochefort / Clip Jack et la Mécanique du coeur /Dionysos - extrait

Un délicieux vent d’originalité et un bel amour du cinéma soufflent sur ce Jack. On dit Mathias Malzieu enfant de Tim Burton, mais les références cinématographiques vont de Pedro Almodovar, à Georges Méliès. Référence aussi à Don Quichotte ; les images qui évoquent les moulins, nous ramènent aussi au film documentaire  Lost in la mancha, avec Jean Rochefort.

Malzieu invente à l’ombre de ses héros préférés et que l'on a l'habitude de côtoyer au fil de ses romans et des albums de Dionysos. Il rend hommage à Robert Mitchum, au western spaghetti et à Albator.

Certaines des idées que l’on trouve dans Jack, sont nées dès 2005 dans le livre Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi. Par exemple, cette horloge arrêtée à 19h30 le jour de la mort de la mère du narrateur. Déjà le héros promettait de truquer toutes les horloges du monde pour raviver le cœur de sa maman. Ce film et ce livre portent autant l’intimité de Mathias Malzieu, que son univers imaginaire. 

Les images du film

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sortie le 5 février 2014 - La Bande Annonce :

{iframe|youtube|420|639|945u7G4bL-M}

 

Par Christine Siméone | 10 Janvier 2014 à 20:35