Dépêches > culture du mardi 09 Février à 17H40

L'art dans l'oeil du Chat de Geluck

Le Chat de Geluck répond à Jeff Koons au Musée en Herbe

- AD/France Inter

Geluck avait prévenu, pour lui, il était temps de se "marrer" dans les galeries, et les musées. Il a tenu parole. Au Musée en herbe à Paris se tient une exposition dans laquelle son personnage emblématique, le Chat, dialogue avec humour avec des œuvres d’artistes de renom.


Dans une salle, Le Discobole croise La Joconde et La laitière de Vermeer, ou un Saint Sébastien par Carracci. Dans une autre, un tableau d'Yves Klein jouxte une oeuvre de Ben... Et Le Chat donne son avis sur tous, ou les interprète à sa manière pour livrer sa vision drôle et décalée des tableaux célèbres.

 

Philippe Geluck voulait depuis longtemps faire dialoguer le Chat avec les grands maîtres. Son projet a croisé l'envie de Sylvie Girardet la directrice du Musée en herbe, dont la vocation est d'aller à la rencontre de publics pas forcément habitués des musées.

Avec sa démarche Philippe Geluck compte désacraliser les chefs d’œuvres.

Philippe Geluck : "L'émotion artistique ne s'explique pas, elle passe directement des yeux à l'âme"

Je suis ce gamin qui n'en revient pas de se retrouver accroché à un mur à côté d'un vrai tableau de Picasso. Si on m'avait dit ça un jour, j'aurais dit : "Non, ce n'est pas possible, vous délirez !" Ma maman m'emmenait dans les musées chaque semaine. Mon père m'a montré avec des photos par centaines, qui étaient Vélasquez, ou les Impressionnistes. Il m'a transmis sa passion pour Soulages. C'est d'ailleurs très impressionnant pour moi, d'avoir un aussi beau tableau de lui dans l'exposition, parce que cette passion date de l'enfance.

Je suis persuadé que face à un tableau, c'est l'émotion qui compte. On peut très bien ne pas comprendre, ou ignorer tout de la démarche de l'artiste, mais être simplement ému devant une oeuvre. En Océanie, on a fait écouter de la musique de Jean-Sébastien Bach et ils avaient les larmes aux yeux, parce que c'est universel. Avec la peinture, c'est la même chose.

La dernière fois que j'ai vu un tableau de Jackson Pollock au Moma (Museum of Modern Art à New York), j'ai été vraiment noué par l'émotion. Je suis fasciné par son travail. J'ai une réaction similaire devant une toile de Basquiat, ou d'Andy Wahrol. C'est quelque chose qui vous prend au plexus, que vous ne vous expliquez pas, qui ne passe pas par la tête qui va directement des yeux à l'âme.

 

Geluck explique sa démarche. Il espère faire découvrir des classiques de la peinture, apprendre à lire une image, à analyser un peu la démarche de l'artiste et à rire à travers une réflexion du Chat sur les tableaux. Son rêve ? Qu'en sortant du Musée en herbe, les enfants repartent avec le sourire, et surtout demandent la semaine suivante à retourner dans un musée :

 

 

Quelques images prises dans l'expo

 

L’art et le chat au Musée en herbe du 11 février au 31 août à Paris

Et aussi

L'Art et le chat © Le Musée en herbe - 2016 / Geluck

Par Anne Douhaire, | 09 Février 2016 à 17:40