Dépêches > politique du dimanche 03 Février à 12H05

Mariage pour tous, plus que 4.000 amendents

Débat sur le mariage homosexuel à l'assemblée © Reuters - 2013

Les députés français poursuivent ce dimanche, dans un climat parfois tendu, l'examen du projet de loi qui ouvre le mariage et l'adoption aux couples homosexuels.

L'opposition, l'UMP principalement, a poursuivi sa bataille contre le gouvernement et sa majorité en défendant un par un ses nombreux amendements, multipliant les prises de parole, les rappels au règlement et les demandes de suspension de séance qui freinent le déroulement du débat.

Sur les quelque 5.000 amendements déposés sur ce texte comptant une vingtaine d'articles, il restait à la mi-journée environ 4.000 amendements à examiner.

 

L'article clé, c'est fait

 

Les députés français ont adopté samedi l'article clé du projet de loi sur le mariage et l'adoption pour les couples homosexuels qui supprime l'exigence de la différence des sexes comme condition du droit au mariage.

Après de longues heures de débats parfois émaillés d'incidents, les députés ont adopté par 249 voix contre 97 l'article premier du texte sur lequel avait été déposé des centaines d'amendements.

Plus de 5.000 amendements ont été déposés sur la vingtaine d'articles que compte ce projet de loi présenté par la ministre de la Justice Christiane Taubira.

Pour Jean-Jacques Urvoas, président PS de la commission des Lois, c'est une étape importante...

 

 

Et un grand moment pour la ministre déléguée à la famille, Dominique Bertinotti.

 

 

Auparavant, les députés avaient rejeté par 183 voix contre 85 une série d'amendements UMP visant à supprimer cet article puis par 171 voix contre 71 une autre série proposant la mise en place d'une "alliance civile" comme alternative au mariage pour les couples homosexuels.


L'opposition a immédiatement réagi à ce début d'adoption du projet de loi, notamment par la voix du député UMP Hervé Mariton.

 

 

Le patron du groupe UMP à l’Assemblée, Christian Jacob, ne perd pas espoir.

 

 

Les députés ont également rejeté l'idée d'une "clause de conscience" qui aurait permis aux maires et adjoints de célébrer des mariage, notamment entre deux personnes de même sexe. Par 244 voix contre 101, ils ont rejeté les quelque 90 amendements de l'opposition sur le sujet, qui proposait notamment qu'un "officier de l'état civil peut refuser de célébrer un mariage" mais que le procureur de la République pourrait "en désigner un d'office".

 

Pour la ministre de la Justice Christiane Taubira, cette journée a un parfum de victoire, Cyril Graziani.

 

 

Les opposants manifestent à nouveau

 

Mobilisation des opposants au mariage homosexuel © Reuters - 2013

Les opposants au "mariage pour tous" ont eux manifesté samedi dans plusieurs villes de France avec l'espoir de faire entendre leur voix en parallèle du travail des députés. À Paris, plus d'un millier de personnes se sont rassemblées sur l'esplanade des Invalides, près de l'Assemblée nationale, quelques heures après l'adoption de l'article un.

 

Les manifestants, qui ont reçu le soutien de plusieurs députés UMP dont le président du groupe à l'Assemblée Christian Jacob, brandissaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire "tous nés d'un homme et d'une femme" ou "l'enfant n'est pas un droit".

 

Reportage devant l'Assemblée nationale, avec Julien Pasqualini.

 

 

"L'objectif de ce rassemblement est d'interpeller nos députés, de les inviter à se réveiller, d'exercer leur conscience et non pas d'obéir aveuglément à un parti politique quel qu'il soit", a dit à Reuters TV un manifestant parisien, Jean Lacroisade.

 

"Ils doivent écouter leurs consciences et voir que le projet de la loi qui s'annonce va contre tous les principes d'une civilisation qui se construit."

 

A Lyon, entre 1.600 et 3.000 personnes selon les sources se sont rassemblées dans l'après-midi devant l'hôtel de ville pour manifester leur opposition au mariage gay, mais également à la procréation médicalement assistée (PMA) et à la gestation pour autrui (GPA).

 

D'autres manifestations étaient organisées dans une centaine de villes de France à l'appel du collectif "la manif pour tous" qui a mobilisé le 13 janvier à Paris 340.000 personnes selon la police et un million selon les organisateurs. Il réclame le retrait du projet de loi, vivement combattu par l'opposition de droite et une partie de l'Eglise catholique.

 

Les partisans du mariage homosexuel étaient eux entre 125.000 et 400.000 partisans à défiler la semaine dernière dans les rues de la capitale en faveur de cette réforme qui devrait obtenir aisément une majorité à l'Assemblée.

 

Nicolas Gougain, porte parole l'Inter-LGBT est, lui, ravi de voir que les choses avancent vite.

 

 

L'examen du projet de loi, qui a débuté mardi dernier, est prévu pour une durée de deux semaines, week-ends compris, un vote solennel sur l'ensemble du texte étant prévu le mardi 12 février.

Par France Inter avec Reuters, | 03 Février 2013 à 12:05