Dépêches > société du mercredi 20 Novembre à 19H30

Les nouveaux rythmes scolaires plaisent aux maires

© Reuters - 2013

Et si la réforme des rythmes scolaires n'était pas si détestée que ça ? Elle semble en tout cas plaire aux maires qui l'ont déjà appliquée. Selon une enquête de l'Association des maires de France, plus de 80% des communes concernées disent être satisfaites.

Cette réforme, qui signe le retour de la semaine à 4,5 jours qui avait été supprimée par la droite en 2008, continue de susciter des interrogations chez certains parents d'élèves et des critiques chez certains enseignants et maires.

Mardi, Jean-Marc Ayrault a annoncé une série de mesures techniques pour faciliter la tâche des maires sans toutefois leur donner satisfaction sur la pérennisation des aides financières.

Selon l'enquête menée par l'AMF dans les quelque 4.000 communes où la réforme est actuellement appliquée, 83 % des villes se disent satisfaites, dont 60 % plutôt satisfaites et 23 % tout à fait satisfaites, de sa mise en oeuvre.

Pour le président de l'AMF, Jacques Pélissard (UMP), ces chiffres sont rassurants... Aussi pour les opposants. Il était l'invité d'Angélique Bouin dans le journal de 18h.

 

 

Concernant son financement, 77 % des communes indiquent avoir eu des difficultés à la financer, dont 17 % qui disent n'y être parvenues que très difficilement.

Plus de six communes sur dix estiment dépenser entre 100 euros et 200 euros par élève.

La coopération avec les enseignants s'est quant à elle révélée plus facile dans les zones rurales que dans les communes urbaines où deux tiers des maires font part de difficultés.

A l'exception des villes de 30.000 habitants dans lesquelles 45 % de parents se disent globalement insatisfaits, les parents d'élèves sont plutôt satisfaits de la réforme, avec un taux compris entre 70 et 80%.

L'enquête a été réalisée auprès de 3.852 communes. Plus de 1.100 réponses ont été analysées par l'AMF après vérification de leur représentativité démographique par rapport à l'échantillon de communes interrogées.

Par France Inter avec Reuters, | 20 Novembre 2013 à 19:30