Dépêches > société du vendredi 05 Septembre à 11H45

Nouvelle tentative d'implantation d'un cœur artificiel en France

Le patient a été opéré au CHU de Nantes © maxppp - 2014

Un deuxième patient a reçu un cœur artificiel, il y a quelques semaines au CHU de Nantes. Le premier patient, Claude Dany, avait vécu 75 jours avec ce cœur bio-prothétique.

 

La première mondiale avait eu lieu le 18 décembre à l’hôpital européen Georges Pompidou à Paris. Le professeur Carpentier et son équipe avait implanté cette prothèse cardiaque révolutionnaire chez un homme de 76 ans, Claude Dany, qui avait vécu 74 jours.

 

Deux commissions d'expertises

Apres le décès de ce patient, deux commissions avaient expertisé les raisons de cette mort. Des travaux qui, pour le moment, sont confidentiels. Il faut dire que la société Carmat, créée par le professeur Carpentier et par Jean-Luc Lagardère, se méfie de la médiatisation extrême car les enjeux financiers sont importants. Cette première expérimentation avait, malgré ce décès, été jugée probante car la survie avait dépassé les 30 jours.

En juillet dernier, l’Agence de sécurité des produits de santé avait donné son accord pour une nouvelle implantation. Celle-ci, logiquement a eu lieu à Nantes. Le Professeur Daniel Duveau, professeur émérite au CHU de Nantes est un des chirurgiens qui avait participé à la première implantation.

 

Les précisions de Danielle Messager

 

 

Un assemblage électronique mesure la pression sanguine

Le cœur artificiel Carmat pèse 900 g soit plus qu'un cœur humain. Cette prothèse est dotée de deux ventricules avec deux valves biologiques, séparées par une membrane flexible, fabriqué d’un coté avec du biomatériau, du péricarde de veau, et du polyuréthane, ce qui crée une parfait biocompatibilité. Comme il ne s’agit pas d’un greffon humain, le patient n’a pas besoin de médicament anti-rejet, juste d’un anticoagulant. Il contient un assemblage électronique, relié à une ceinture abdominale alimentée par une batterie, qui mesure en permanence la pression sanguine. Ces composants électroniques permettent de d’adapter le débit sanguin à l’effort fourni.

Par Danielle Messager, | 05 Septembre 2014 à 11:45