Dépêches > société du samedi 01 Décembre à 13H16

Sida : 150 000 Français contaminés

 

 

La France compte 150 000 personnes contaminées par le virus du Sida, auxquelles s'ajoutent un nombre non négligeable qui ne connaissent pas leur séropositivité.Le nombre de tests de dépistage du VIH réalisés en France l'an dernier a progressé pour la première fois depuis cinq ans pour s'établir à 5,2 millions, selon une étude publiée par l'Institut de veille sanitaire (InVS).

Des chiffres qui viennent confirmer, s'il était nécessaire, l'importance des messages de prévention, notamment auprès des plus jeunes.

Reportage de Frédéric Denis dans une école du Nord, près de Valenciennes

Outre cette hausse de 4% du nombre de tests par rapport à 2010, les données transmises par les laboratoires d'analyses indiquent que les découvertes de séropositivité restent stables, avec 6.100 cas en 2011 (contre 6.300 en 2010).

 

Cette évolution du nombre de dépistages est encourageante mais il est encore trop tôt pour déterminer si elle s'accompagnera d'un diagnostic plus précoce et d'une diminution du nombre de personnes vivant avec le VIH sans le savoir.

 

La France compte 150 000 personnes contaminées par le virus, dont 20.000 à 30.000 sans le savoir, et à 7.000 le nombre de contaminations annuelles supplémentaires.

 

Les comportements montrent un relâchement de la prévention, en particulier chez les hommes ayant des rapports avec les hommes aujourd’hui, il faut se remobiliser.

 

Les explications de Danielle Messager

 

"C'est maintenant qu'il faut agir et mettre le paquet sur le dépistage" pour accentuer encore la lutte contre l'épidémie de VIH/sida, a déclaré Alain Legrand, directeur général délégué de l'association Aides, "Il ne faut pas se satisfaire d'une simple amélioration".

 

D'autant plus que les données d'une autre étude diffusée par l'InVS font craindre une recrudescence des contaminations chez les homosexuels, pour lesquels le nombre de découvertes de séropositivité est en nette hausse (+30% depuis 2003).

 

Les homosexuels masculins et les migrants restent les deux groupes les plus concernés par l'épidémie de VIH/sida et représentent chacun environ 40% des découvertes de séropositivité.

 

Hollande lance le "combat jusqu'à l'éradication" du sida

 

En visite à l'hôpital du Kremlin-Bicêtre en compagnie des ministres de la Santé et de la Recherche, Marisol Touraine et Geneviève Fioraso, François Hollande a voulu remobiliser contre cette maladie.

 

"Quels que soient les progrès, rien n'est jamais acquis. Il faut continuer le combat jusqu'à l'éradication de la maladie", a dit le président de la République à la veille de la journée mondiale contre un virus qui touche 34 millions de personnes dans le monde, dont 140.000 en France.

 

"La situation exige encore vigilance et action", a dit François Hollande, déplorant notamment un "accès aux soins réparti de façon tragiquement inégale".

 

Marisol Touraine a annoncé un élargissement en 2013 des tests de dépistage rapide dans les régions Provence-Alpes-Côte-d'Azur, Guyane et Rhône-Alpes, en plus de l'Ile-de-France.

 

Ces tests permettent d'apporter une réponse dans un délai de 30 minutes contre plusieurs jours pour les tests classiques.  "Il faut aller vers la généralisation de ces tests", a dit la ministre à la presse.

 

"Le sida n'est pas une maladie du passé", a-t-elle rappelé, annonçant en outre une nouvelle campagne pour le préservatif.

 

Au Kremlin-Bicêtre, où sont soignés et suivis des séropositifs, François Hollande a inauguré un bâtiment rénové rebaptisé en l'honneur de Françoise Barré-Sinoussi, prix Nobel de médecine, co-découvreuse du virus du sida avec le professeur Luc Montagnier en 1983.

 

Cette découverte "fut pour la France une grande reconnaissance, pour l'institut Pasteur une nouvelle consécration et pour la recherche française, un encouragement", a dit le chef de l'Etat. "La France continuera à être exemplaire en matière de recherche, et de recherche médicale".

 

La France est en deuxième position derrière les Etats-Unis en terme de production et de reconnaissance scientifique sur ce thème, et deuxième donateur au niveau mondial pour l'accès aux médicaments dans les pays du Sud.

 

L'épidémie touche 2,3 millions de personnes de plus chaque année. La recherche s'oriente actuellement vers la mise au point de vaccins à vocation soit préventive, soit thérapeutique.

 

Une telle avancée permettrait "de sortir de ces longues décennies de pandémie (...), de découvrir la vie avec insouciance et liberté, ce qui a pu être perdu ces dernières années", a dit François Hollande.

 

Du côté des scientifiques, la prudence est de mise. "Nous n'avons pas, fin 2012, de bon candidat vaccin. Il ne faut pas baisser les bras", a déclaré le professeur Jean-François Delfraissy, président de l'Agence nationale de recherche sur le sida (ANRS) - dont le budget a été reconduit pour 2013, à 45 millions d'euros.

 

Françoise Barré-Sinoussi a quant à elle lancé un message à la jeunesse : "L'infection VIH est toujours là, protégez-vous, protégez les autres et surtout n'hésitez pas à vous faire dépister !"

 

Elizabeth Pineau, Myriam Rivet, avec Chine Labbé édité par Yann Le Guernigou et Yann Le Guernigou

Par France Inter avec agences | 01 Décembre 2012 à 13:16