Dépêches > politique du vendredi 09 Août à 19H00

Voile : "L'université, c'est le lieu de toutes les cultures"

Pas question d'interdire levoile à l'université, pour Geneviève Fioraso © Reuters - 2013

Pour Geneviève Fioraso, l'idée d'une interdiction du voile à l'université n'est "pas un sujet". La ministre de l'Enseignement supérieur prend ainsi ses distances avec Manuel Valls, qui estimait cette idée "digne d'intérêt".

Pour Geneviève Fioraso, l'université doit rester "le lieu de rencontre de l'ensemble des cultures". "Mon propos en tant que ministre, c'est de dire que davantage de jeunes gens et de jeunes filles fassent des études supérieures. Et en particulier les jeunes filles qui portent le voile :  les études sont un facteur d'émancipation."

Geneviève Fioraso répond à Benjamin Illy.

 

Pour la ministre, ce (nouveau) débat sur le port du voile sur les bancs des facs françaises n'a donc pas lieu d'être.

Ne nous précipitons pas, ne faisons pas une polémique d'un sujet qui n'en est pas un. L'université, ce n'est pas comme le collège ou le lycée, il s'agit de jeunes majeurs. Aucune université n'a saisi le ministère à ce sujet : c'est donc que ça ne pose pas de problème. Qu'on n'invente pas des problèmes là où il n'y en a pas.

 

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, avait assuré de son côté que l'ensemble des propositions du Haut conseil à l'intégration (qui préconise notamment l'interdiction du voile islamique à l'université) étaient dignes d'intérêt.

"Laissons à ce stade l'Observatoire de la laïcité travailler et formuler des propositions. Mais je ne sous-estime pas l'analyse du HCI et ses douze propositions sont dignes d'intérêt", explique le ministre dans Le Figaro. 

Dans l'après-midi, Manuel Valls a tempéré ses propos en demandant "du temps pour la réflexion".

Manuel Valls interrogé par BFM TV

 

 

La France a banni en 2004 de toutes les écoles publiques les "signes religieux ostentatoires". Une autre loi entrée en vigueur en avril 2011 interdit le port dans l'espace public du voile intégral, sous peine d'une amende de 150 euros.

Par Benjamin Illy, Olivier Bénis, | 09 Août 2013 à 19:00