dossier
 

Présidentielle : les propositions à la loupe

Présidentielle : les propositions à la loupe
publié le 01/02/2012
<p>Tous les lundis, la rédaction de France Inter met à l'essai les propositions des candidats à l'élection présidentielle : éducation, logement social, chômage... Les grands enjeux de la campagne sont passés au crible des questions des journalistes, des spécialistes et des électeurs.</p><p>&nbsp;</p> <iframe width='639' height='2500' src='http://radiofrance.djehouti.com/presidentielle2012/' frameborder='0' ></iframe>

un dossier de

Photographie de Thibault Lefèvre

Thibault Lefèvre

Journaliste
Photographie de Anne Jocteur Monrozier

Anne Jocteur Monrozier

Journaliste
Photographie de Valeria Emanuele

Valeria Emanuele

Journaliste
Photographie de Philippe Bardonnaud

Philippe Bardonnaud

Journaliste
Photographie de Mariel Bluteau

Mariel Bluteau

Chargée d'édition multimédia / Graphiste
Pascal Arroyo

Pascal Arroyo

Stagiaire pôle multimédia
Contributions closes
62
commentaires à propos de ce dossier
Anonyme (anonyme),
lundi 12 mars 2012 à 14:
CE N’EST PAS 1 MILLION PAR AN MAIS UN MILLION PAR MOIS !!!!! C'est dire la charge fiscale inadmissible que Hollande ferait peser sur les riches... Je préfère la multiplications des tranches d'impôt que propose Mélenchon, autrement plus juste, et la dernière tranche à 100%, car qui a besoin d'1 million PAR MOIS pour vivre ? Enfin, commence un journaliste sérieux peut se tromper à ce point, savez-vous lire ? Hollande parle des revenus supérieurs a 1 million PAR MOIS !
philippe goirand (anonyme),
lundi 12 mars 2012 à 13:
Comment peut on faire un dossier sur la taxation des haut- revenus sans jamais mentionné que c'est le candidat du front de gauche, JL Mélenchon, qui a initié cette proposition : "au delà de 360000euros on prend tout" !!! Sans même d'ailleurs en parlé. JL Mélenchon serait il si dérangeant pour les journalistes de France inter? En faisant croire que c'est F. Hollande qui aurait lancer ce sujet. France inter, sous couvert d'objectivité journalistique, serait elle une radio tendancieuse? 360 000 euros c'est 20 fois le salaire médian en France. Sans compter que les plus riches gagnent l'équivalent de plus de 100 ans de smic!!! Et c'est largement plus qu'il n'en faut pour vivre mieux que confortablement. Cela ne pénaliserait pas l'économie: - le revenu moyen des 3 millions de chefs d’entreprise du pays est de 40 000 euros annuels, soit nettement moins que les 70 000 euros à partir desquels la taxation serait relevée - le revenu moyen des patrons d'entreprises entre 50 et 100 salariés est de 110 000 euros annuels –> donc nettement en dessous du plafond de 360 000 euros proposé pour la taxation à 100 %. Le revenu maximum ne pénaliserait donc nullement l'économie productive mais frapperait l'accumulation spéculative des rentiers qui se concentre dans les secteurs de la finance, de la communication et du show-business qui vampirisent toute l'économie. C'est possible et il existe des précédents : - de 2002 à aujourd'hui, le taux supérieur de l'impôt sur le revenu est rapidement passé de 52 % à 40 % - jusqu'en 1986, le taux supérieur était à 65 % (avec 14 tranches contre 5 aujourd'hui) et il dépassait même les 90 % sous la IIIème République - aux USA Roosevelt avait porté le taux supérieur à 91 % et il est resté à 70 % jusqu'en 1980 - un revenu maximum a été instauré dés la révolution française dans le décret du 4 août 1789 qui, en abolissant les privilèges, plafonnait à 3 000 livres annuelles les revenus tirés de rentes
Yves (anonyme),
lundi 13 février 2012 à 19:
Bonsoir, Quand il y a peu ce gouvernement a empêché la représentation syndicale dans les PME on a pas entendu Mr Filoche et la gauche en particulier. Il est vrai, que sous un gouvernement de gauche ces même salariés des PME furent exclus des 35h sans soulever aucune contestation...mieux, la PPE qui n'est rien d'autre que du travail au noir légalisé...instauré par le gouvernement Jospin, n'a pas in digné Mr Filoche ...
Pascal (anonyme),
lundi 13 février 2012 à 16:
Les chiffres parlent d'eux-mêmes. A moins de ne travailler gratuitement, le travailler plus n'a pas de sens d'un point de vue economique. Hors pourquoi ferait-on travailler un peu plus et gratuitement certains, alors que 4 millions de personnes sont sans travail.On le voit également la productivité n'est pas en cause, puisque la France est au 2eme rang européen.Elle est même sans doute une raison du chômage. Travailler plus longtemps pour des raisons de retraites liées à la démographie, cela reste à prouver. Alors que en 1848, il n'y avait pas de limite hebdomadaire, et que le temps de travail journalier pouvait aller jusqu'à 12 heures, la retraite n'existait pas ! L'un et l'autre ne sont pas forcément lié. Sauf à considérer qu'en 1848, les actifs payaient très cher le dorit des rentiers à ne rien faire. Aujourd'hui, l'accès aux énergies, le nombre de bras disponible, les capacités d'automatismes, font que nous devrions au contraire pouvoir travailler beaucoup moins, en partageant ce travail, et surtout les fruits des résultats. Sauf à se considérer comme ne vivant pas dans une même société. Mais , là, comme le dit J.L. Mélanchon, que ceux qui ne veulent plus de notre modéle s'en aillent, en ayant préalablement remboursé les Français, qui ont contribué à ce que la vie de ces profiteurs soit chaque jour meilleure, lorsque la vie du Français d'en bas se trouve chaque jour plus pénible.
sylvain (anonyme),
lundi 12 mars 2012 à 18:
Bonsoir, Le fameux échange entre Mazarin et Colbert résonne cruellement à nos oreilles, et il semble qu'il ne puisse pas en être autrement. Pour autant la symbolique serait forte de taxer les hautes tranches de façon trés significative. Quant à l'argument de la fuite des fortunes... Cette fuite ne pourrait-elle pas être considérée comme une désertion aux antipodes du patriotisme, susceptible d'être punie d'une déchéance de nationalité ?