Lundi, le Museum of Modern Art (MoMA) de New-York, l'une des plus grandes institutions artistiques au monde, rouvre ses portes après quatre mois de travaux. Le bâtiment, agrandi, présente aussi un accrochage des collections repensé intégralement sous un angle thématique.

Le MoMA s'est agrandi six fois dans son histoire
Le MoMA s'est agrandi six fois dans son histoire © AFP / VANESSA CARVALHO / BRAZIL PHOTO PRESS

C'est l'un des musées les plus réputés et les plus visités du monde : le Museum of Modern Art (MoMA), à New-York. Inauguré en 1939 en plein cœur de Manhattan, enclavé dans le quadrillage que forment les rues de ce quartier, ce musée, qui accueille plus de deux millions de visiteurs par an, abrite des chefs-d'oeuvre allant de "La nuit étoilée" de Van Gogh aux boîtes de soupe peintes par Warhol, en passant par "Les Demoiselles d'Avignon" de Picasso.

Fermée depuis juin, l'institution rouvre ses portes ce lundi, avec un espace d'exposition agrandi de près d'un tiers, s'installant partiellement dans un bâtiment voisin : il gagne 3 600 mètres carrés de galeries, pour un total de 15 000 mètres carrés désormais. C'est loin d'être le premier agrandissement de ce musée qui s'étend petit à petit : à cinq reprises (et la dernière fois en 2017), le MoMA a poussé ses murs. 

Accrochage thématique

Mais cette fois, il y a une véritable nouveauté pour le musée : l'accrochage permet d'exposer 2 400 œuvres d'art moderne et contemporain chaque année, contre 1 500 en moyenne jusqu'à présent. Et surtout, celui-ci, qui était jusqu'à présent chronologique (comme au Louvre ou au Centre Pompidou, où la plupart des œuvres sont exposées en fonction de leur époque ou du mouvement auquel elles appartiennent), devient thématique. 

Même si ce n'est pas une révolution en soi dans le monde des musées (la Tate Modern, à Londres, propose par exemple un accrochage thématique depuis ses débuts), c'est une première pour cette institution internationale. Ainsi, "Les Demoiselles d'Avignon" de Picasso, l'un des chefs-d'oeuvre du musée, ne sera plus présenté à côté d'autres tableaux du peintre espagnol, mais d'une toile de 50 ans plus récente, de l'artiste Faith Ringgold, qui lui fait écho. 

La nouvelle salle des "Demoiselles d'Avignon" de Picasso, face à "American People Series #20 : Die" de Faith Ringgold
La nouvelle salle des "Demoiselles d'Avignon" de Picasso, face à "American People Series #20 : Die" de Faith Ringgold © AFP / Christina Horsten / DPA / dpa Picture-Alliance

Plus de frontières entre les supports

En outre, les frontières entre les différents types de supports (peinture, sculpture, vidéo, photo) sont abolies dans ce nouvel accrochage, qui devrait être beaucoup plus régulièrement renouvelé. Une direction donnée par le MoMA depuis le début des années 2000, mais "il aura fallu une nouvelle génération de conservateurs avec des idées nouvelles, pour qui l'interdisciplinarité était naturelle" pour la mettre définitivement en place, selon le directeur du musée, Glenn Lowry. 

Le "studio Marie-Josée et Henry Kravis" est consacré à la performance, avec ici l'installation "Rainforest V" de David Tudor
Le "studio Marie-Josée et Henry Kravis" est consacré à la performance, avec ici l'installation "Rainforest V" de David Tudor © AFP / Christina Horsten / DPA / dpa Picture-Alliance

Les nouveaux espaces prévoient également de redonner une place à la performance : une nouvelle galerie, aux murs et plafonds noirs, sera entièrement dédiée à cet art. Les nouvelles galeries, ouvertes sur l'extérieur grâce à de grandes baies vitrées, proposeront aussi de nouveaux ateliers pour tous les publics... et une boutique rénovée.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.