Jusqu'à dimanche au Forum des Images, le festival NewImages fait un état des lieux du cinéma conçu en réalité virtuelle et dans toutes les formes qui mettent le spectateur au cœur du dispositif. Documentaire, fiction, animation : la palette créative est vaste.

Les films "Paper Birds", "Jailbirds", "Noah's Raft" et "Reeducated" font partie de la sélection du festival
Les films "Paper Birds", "Jailbirds", "Noah's Raft" et "Reeducated" font partie de la sélection du festival © Captures d'écran

Après des mois d'éditions virtuelles et dématérialisées, les festivals reviennent petit à petit en "présentiel", et l'un des premiers événements à bénéficier de la possibilité d'un retour "en vrai" est dédiée en partie… au virtuel. Après une édition en ligne en septembre 2020, le festival parisien NewImages revient ce printemps dans son lieu d'accueil historique, le Forum des Images, situé au Forum des Halles de Paris. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Le festival consacré à "la création numérique et aux mondes virtuels" a ouvert ses portes mercredi aux professionnels, et s'ouvre ce week-end au grand public, qui peut venir voir un aperçu assez précis de ce que désigne le terme souvent très flou "d'expériences immersives".  Et en premier lieu, la fameuse réalité virtuelle (VR), celle qui se matérialise sous la forme d'un casque à porter, qui immerge le spectateur ou la spectatrice dans l'œuvre. 

Assis, debout, filmé ou animé

Des expériences en VR, il y en a des dizaines à expérimenter au sein de ce festival, dont une quinzaine étaient en compétition jusqu'à vendredi soir pour remporter le grand prix, qui porte ici le nom de "Masque d'Or". Et on y retrouve une variété de genres aussi grande que dans le cinéma "traditionnel" : à côté de Jailbirds, un film d'animation franco-belge mettant le spectateur dans l'ambiance de la cellule d'une étrange prison, on trouve Noha's Raft, un documentaire nigérian sur un homme qui a décidé d'installer des écoles dans sa communauté qui vit sur l'eau. Si les deux films se regardent avec un casque VR, tout les distingue : dans Noha's Raft, le spectateur est assis, le montage du film, traditionnel, permet de contempler les lieux tout autour de soi ; dans Jailbirds, on se tient debout, entouré de barreaux qui forment un espace restreint dans lequel on peut se déplacer. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Parmi les films de la sélection, Reeducated forme comme un pont entre les deux précédents : ce documentaire sur l'emprisonnement des Ouighours en Chine prend la forme d'un film d'animation basé sur les témoignages d'anciens rescapés de "camps de rééducation". Dans cette dimension, la réalité virtuelle n'est plus seulement un moyen de diffusion, elle prend aussi pleinement part au dispositif en faisant ressentir à la personne qui regarde l'enfermement des détenus. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

La VR prend tantôt la direction du jeu vidéo, avec des expériences comme Lady Sapiens (produite par France Télévision) qui permet de se mettre dans la peau d'une chasseuse à l'ère préhistorique, tantôt celle du paysage contemplatif, dans un dispositif imaginé par le Musée d'Orsay faisant voyager la Petite danseuse de Degas dans les tableaux du musée. Et avec le film d'animation We are at home, plusieurs spectateurs et spectatrices peuvent s'immerger dans le même film… mais en incarnant chacun un personnage différent, faisant ainsi mentir l'idée reçue selon laquelle la réalité virtuelle est une expérience qui ne se vit que seul. 

Des créations bien au-delà des casques de réalité virtuelle

Au milieu de cette sélection, le court-métrage d'animation Paper Birds est une pépite de poésie et d'animation : l'histoire de ce garçonnet passionné de musique qui ressent le son sous la forme de lumière, d'oiseaux, et doit sauver sa sœur du monde des ombres, est aussi belle que touchante. Cette fois complètement libre de vous déplacer dans l'espace, vous pouvez tourner autour des décors, vous approcher des personnages comme s'ils étaient de petites figurines devant vous, et même créer des effets visuels interactifs, par un simple mouvement de bras. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L'autre facette intéressante de ce festival, c'est qu'elle montre que la création numérique ne s'arrête pas à la VR, même si elle en est une partie importante : ainsi, en compétition, l'œuvre Acqua Alta – La traversée du miroir de Adrien M & Claire B est une expérience en réalité augmentée, à découvrir sur les pages d'un livre contemplées à travers l'écran d'une tablette. Et hors compétition, on trouve des projections en "mapping vidéo" qui épousent les contours des lieux sur lesquels elles sont affichées – en l'occurrence, l'église Saint-Eustache, près des Halles de Paris. Ou encore, des films imaginés pour un écran extra-large, avec une image à 180°. Et parfois, réalité virtuelle et concrète se rejoignent : vous croiserez même peut-être une Intelligence artificielle : sous les traits d'un prototype, Eliza – c'est son nom – a une promesse, celle d'être la première IA… capable de sentiments amoureux.