Un an, jour pour jour, après l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, ses proches se retrouvent ce mercredi pour honorer sa mémoire. Un procès devrait bientôt s’ouvrir en Turquie mais des zones d’ombres persistent.

Jamal Khashoggi, journaliste dissident saoudien, a été tué alors qu'il venait récupérer des papiers pour son mariage
Jamal Khashoggi, journaliste dissident saoudien, a été tué alors qu'il venait récupérer des papiers pour son mariage © Getty / Chris McGrath

Le 2 octobre 2018, il y a un an, Jamal Khashoggi entrait au consulat d’Arabie saoudite à Istanbul en Turquie. Il n’en est jamais ressorti. Le journaliste dissident saoudien a été assassiné, soulevant émotion considérable à travers le monde. La cruauté de ce meurtre n'a cessé de se dévoiler au fil des mois. D’après des enregistrements clandestins des services de secrets turcs, Jamal Khashoggi a été brutalement assassiné à l'intérieur du consulat, étouffé, découpé et mis dans des sacs plastiques.

Ces enregistrements ont été publiés dans un rapport de l’ONU en juin dernier. La rapporteure spéciale des Nations unies sur les exécutions extrajudiciaires, Agnès Callamard, ainsi que la CIA, ont mis en cause le prince héritier et homme fort d’Arabie Saoudite Mohammed ben Salmane, qui dément. L’avocate britannique Helena Kennedy, a également participé à l’enquête de l’ONU. Elle raconte, dans un documentaire diffusé par la BBC, des échanges glaçants des assassins de Jamal Khashoggi.

Procès turc

Depuis le début de l’affaire, les autorités turques dénoncent elles aussi un crime prémédité et pointent un doigt accusateur vers le prince héritier du royaume d’Arabie, Mohammed ben Salmane. L’enquête du parquet d’Istanbul et l’acte d’accusation qu’il devrait publier d’ici quelques semaines sont les seuls espoirs de justice concrets auxquels s’accrochent, pour l’instant, les proches de Jamal Khashoggi. Ils donneront lieu, dans les prochains mois, à l’ouverture d’un procès en Turquie. 

Le parquet d’Istanbul estime avoir fait la lumière sur l’affaire, principalement grâce aux écoutes des services secrets. L’acte d’accusation devrait notamment détailler l’arrivée par avion privé de 15 responsables saoudiens la veille du crime, l’arrestation de Jamal Khashoggi dès son entrée dans le consulat, sa mort par étouffement et le démembrement du corps. 

Zones d’ombres

Ankara réclame toujours l’extradition de 18 suspects saoudiens, ce que Riyad refuse. Car en Arabie saoudite, un procès s’est ouvert au début de l’année. Mais il ne vise que 11 personnes et se déroule à huis clos. Craignant une parodie de justice, les ONG de défense des droits de l’Homme réclament une enquête pénale internationale, comme le préconise Agnès Callamard. Pour l’heure, le secrétaire général de l’ONU fait la sourde oreille. 

Dans cette sinistre affaire, des questions restent en suspens. Des questions résumées par Recep Tayyip Erdogan, le président turc, dont on connait les relations tendues avec l'Arabie saoudite, dans une tribune publiée par le Washington Post, journal pour lequel travaillait Jamal Khashoggi : "Où se trouve le corps de Khashoggi ? Qui a signé l’arrêt mort du journaliste saoudien ? Qui a dépêché les 15 assassins, dont un médecin légiste, à bord des deux avions en direction d’Istanbul ?". 

Les proches et amis du journaliste disparu attendent évidemment des réponses. Ils se retrouvent ce mercredi devant le consulat saoudien pour honorer sa mémoire et réclamer justice.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.