Alors que de nombreuses compagnies aériennes ont du mal à résister à la chute du trafic aérien, lié à la crise sanitaire, le groupe Air France fait le pari de la relance des vols intérieurs sous les couleurs de la filiale low-cost Transavia.

Au total, cela devrait représenter 25 nouvelles lignes pour la compagnie
Au total, cela devrait représenter 25 nouvelles lignes pour la compagnie © AFP / Stephane de Sakutin

La Présidente Directrice Générale de Transavia Nathalie Stubler enchaine déplacements et conférences de presse en région, à la fois pour mieux faire connaitre sa compagnie mais également pour annoncer que la filiale low-cost d’Air France va faire dans les tous prochains mois une entrée fracassante sur le marché intérieur français. Elle reprendra en effet des lignes déjà existantes au départ d’Orly et jusqu’alors exploitées par Air France ou par sa filiale régionale Hop, mais elle en créera également de nouvelles entre les métropoles régionales, des lignes dites transversales comme Nantes – Montpellier. 

Au total, cela devrait représenter 25 nouvelles lignes pour la compagnie qui disposera de huit nouveaux avions, des Boeing 737 800.  Quand le plan de déploiement de Transavia à l’intérieur de l’hexagone sera achevé, probablement en 2022, Transavia disposera d’une cinquantaine d’appareils américains. 

Contrer la concurrence des compagnies à bas coût

Si la petite sœur d’Air France se lance sur le marché intérieur c’est pour plusieurs raisons : pour faire des économies avec des avions qui volent plus longtemps et qui sont moins cher à exploiter, pour arrêter de perdre de l’argent sur les vols intérieurs, ce qui était la réalité de la compagnie depuis dix ans, et enfin pour contrer la concurrence des autres compagnies low-cost européennes comme EasyJet, Vueling, Volotea et même Ryanair qui, pour certaines, se sont déjà positionnées sur des liaisons transversales entre grandes métropoles de province. 

Mais n’allez pas dire au siège d’Air France que Transavia deviendra la nouvelle Air Inter, l’antique compagnie intérieure française. On précise d’ailleurs que la maison mère conservera ses célèbres navettes entre Paris-Orly et Toulouse, Marseille et Nice tandis que Transavia conservera aussi ce qui a fait sa renommée, à savoir les vols à destination des pôles touristiques du bassin méditerranéen.