Enseignante la semaine et catcheuse le week-end jusqu'à cette année : Amale Dib vient d'intégrer la plus prestigieuse fédération mondiale de catch, la World Wrestling Entertainment (WWE).

Amale, en plein combat.
Amale, en plein combat. © Capture d'écran Youtube

C'est un sacré changement de vie. Une française a rejoint jeudi la plus prestigieuse fédération mondiale de catch, la World Wrestling Entertainment (WWE). Amale Dib, 27 ans, devient ainsi catcheuse professionnelle à plein temps. Pourtant, avant de décrocher ce contrat, la jeune femme était... professeur des écoles, dans l’Oise ! Enseignante la semaine et catcheuse le week-end, jusqu'à cette année. Amale n’a pas fait la rentrée scolaire 2020 et c’est désormais elle qui va apprendre, dans les meilleures conditions possible. Cours de théâtre, d’anglais, de musculation avec des professionnels, au sein de l’entreprise mondiale qui construit les légendes de ce sport, dont les shows touchent plusieurs centaines de millions de téléspectateurs. 

"C’est incroyable, c’est le rêve d’une vie, un rêve de gosse qui se réalise, je ne pensais pas que c’était possible, j’espère que ça va ouvrir la porte à d’autres Français et Françaises et que ça va pousser les gens à se battre pour leurs rêves", témoigne-t-elle. 

"Si l’arbitre a le dos tourné, je peux faire des coups bas"

La vocation, elle l’a saisie petite en regardant du catch à la télévision, en famille. Et ce n'est pas son premier entrainement, dont elle était revenue avec des bleus, des courbatures et un mal de tête qui l'a découragée. En France, le catch est peu développé : alors Amale a déménagé, multiplié les voyages à l’étranger pour se former et être repérer.

Sur le ring, elle incarne le personnage d’une française méchante et hargneuse. Un mélange d’élégance et d’arrogance, de puissance et de féminité. Et quand elle entre, elle embrasse toujours le drapeau français qu’elle a au poignet. Amale ne ressemble à personne dans le catch, dit-elle. 

"Je ne me laisse pas faire et je veux prouver que la France a les meilleurs talents, que je suis meilleure que les autres. Je ne vais pas me gêner pour le faire savoir et si il faut tricher pour gagner, je tricherai. Si l’arbitre a le dos tourné, je peux faire des coups bas, des coups qui ne sont pas autorisés... Je vais utiliser les cordes au maximum... Ce n'est pas bien mais, comme dit Booba, les vainqueurs l’écrivent et les vaincus raconte l’histoire (rires)." 

Tricher, ce n’est pas bien mais... pour les besoins de la fiction, c'est bon. "Car le catch, c'est un personnage, une histoire, travers les émotions qu’on fait passer aux gens. L’objectif dans le catch c’est de faire réagir les gens justement, que ce soit en bien ou en mal du moment qu’ils réagissent, moi ça me va." Pour son personnage elle a gardé son prénom, Amale, qui signifie espoir en arabe. Son rêve ultime : vivre un jour de sa passion aux États-Unis. 

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.