Histoires politiques

La petite histoire que murmure l’Elysée : et si Macron ne se représentait pas ?

par Louis Hausalter| publié le

C'est un refrain qui revient beaucoup ces temps-ci chez les conseillers d’Emmanuel Macron... Une hypothèse, qu'il a évoquée lui-même publiquement en décembre dans une interview au média en ligne Brut... "Peut-être que je ne pourrai pas être candidat".

Et s'il ne se représentait pas ? Ici, Emmanuel Macron en février 2021. © Getty / Stefan Cristian Cioata
À écouter :

Quand on évoque la campagne présidentielle que le président conduira pour tenter de se faire réélire en 2022, beaucoup de ses proches plissent les yeux et répondent d’un air mystérieux : "Oui... s’il y a une campagne". Sous-entendu : Emmanuel Macron pourrait ne pas se représenter dans un an. 

Alors, cette hypothèse, il l’a évoquée lui-même publiquement en décembre dans une interview au média en ligne Brut... "Peut-être que je ne pourrai pas être candidat", disait-il, en évoquant, je cite, des "choses dures" qu’il aurait à faire dans sa dernière année de mandat et des "circonstances" qui l’empêcheraient de se représenter.

C’est ce qui est arrivé à son prédécesseur François Hollande. Mais est-ce vraiment crédible dans le cas d’Emmanuel Macron ?

La situation politique est très différente. Au même stade de son quinquennat, François Hollande était déjà englué dans l’impopularité. Or, non seulement la cote de Macron ne résiste pas si mal, mais en plus, la plupart des sondages le voient, pour l’instant, remporter un nouveau duel face à Marine Le Pen. 

Mais à l’appui de leur hypothèse d’un renoncement, ses conseillers mentionnent toute une batterie de raisons. La période est tellement incertaine, la sortie de crise pourrait sérieusement ébranler le pouvoir et boucher toute possibilité d’une réélection... 

Au passage, aucun président n’a été réélu depuis que le quinquennat est en vigueur.

L’un de ses proches met aussi en avant son côté transgressif et son dévouement, parce que vous comprenez, ce qui l’intéresse, c’est de réformer le pays jusqu’au bout, pas de faire une longue carrière politique. On n’est pas obligé de tout avaler... 

Des proches de Brigitte Macron évoquent des motifs plus sombres : les menaces de mort qui pèsent sur la famille du président, notamment depuis son vibrant discours en hommage à Samuel Paty.

Mais pourquoi est-ce que les macronistes insistent tant sur cette hypothèse ?

Ils ont raison de penser que tout est possible, et loin de moi l’idée de vous prédire avec certitude ce qui va se passer. Mais il y a une part de posture là-dedans, la préoccupation de donner l’image d’un président tout dévoué à sa tache et qui ne songerait pas un instant à sa réélection. 

Et puis, après tout, c’est une bonne manière de gagner du temps et de détourner le sujet quand on pose la question de sa candidature. Ça occupe les journalistes qui peuvent en faire des gorges chaudes... D’ailleurs, voyez, c’est à peu près ce que je viens de faire !

L'équipe
Thèmes associés