Des "gilets jaunes" ont-ils été interdits de manifestation samedi ?

par France Inter avec, Sara Ghibaudo publié le

L'acte IV de la mobilisation des "gilets jaunes" a été moins marqué par les violences, même si affrontements et pillages ont encore eu lieu samedi à Paris. Grâce à une nouvelle tactique et aussi à des interpellations massives, l'ordre est resté maintenu. Mais les manifestants interpellés puis relâchés protestent.

Selon la loi, lors d'une manifestation, un masque de protection peut être considéré comme une arme. © AFP / Zakaria ABDELKAFI

Les interpellations qui ont eu lieu avant les manifestations samedi, en particulier à Paris, visaient à écarter les éléments violents, ceux venus manifester avec des projectiles ou des outils pouvant servir d'armes, a rappelé dimanche soir le procureur de Paris.

Mais sur le millier de personnes interpellées dans la capitale (1 900 sur toute la France), une bonne partie ont vu leur procédure déjà classée ou ont écopé d'un rappel à la loi. Des gardés à vue qui estiment qu'on a voulu les empêcher de manifester.

C'est le cas de Christelle, venue de Moselle avec son mari et son fils. À quelques rues des Champs-Élysées, des gendarmes les arrêtent. Quand ils voient dans le coffre des voitures des masques de peinture de protection, ils placent la famille en garde à vue, sur un trottoir du VIIIe arrondissement d'abord. Pendant trois heures, la famille doit rester contre un mur, sans avoir accès à des toilettes, avant d'être menée dans le commissariat du XIIIe arrondissement.

"Pas le droit de nous libérer avant 21h"

Dans la cellule des hommes, ils sont une vingtaine, dont Florian. Son ami avait un masque de chantier, lui seulement son téléphone, sa carte d'identité et un peu d'argent : "Devant l'officier de police judiciaire, c'était très tendu. Elle m'a expliqué que j'avais des droits, mais que si je voulais les faire appliquer, il faudrait attendre 48 heures". Florian renonce donc à appeler un avocat. Aucune charge ne sera retenue, mais il sera resté douze heures en garde à vue.

Christelle un peu plus : "Au milieu de l'après-midi, on nous a dit qu'on allait être libéré, mais que les policiers n'avaient pas le droit de nous relâcher avant 21h. J'en pense qu'on nous a parqués là pour nous empêcher de manifester". 

Christelle, son mari et son fils ont écopé d'un rappel à la loi qu'elle ne comprend pas. "On n'est pas des casseurs" dit-elle. Mais selon la loi, les masques de protection peuvent être considérés comme des armes.

Dimanche sur notre antenne, la Garde des Sceaux Nicole Belloubet s'est défendue de toute interpellation "préventive" : "Les interpellations qui ont eu lieu hier et qui ont donné lieu à des placements en garde à vue résultent d'infractions", a assuré la ministre de la Justice. 

"Ces infractions ont été constatées, soit au moment des contrôles d'identité - vous savez que les procureurs de la République avaient pris des réquisitions pour autoriser ces contrôles d'identité - et à l'occasion de ces contrôles d'identité on a pu repérer des personnes qui transportaient des marteaux, des masques à gaz, etc. C'est donc une infraction cela, puisqu'il s'agit de commettre des violences en bande organisée. Ces infractions ont donné lieu à une garde à vue", a expliqué Nicole Belloubet.

Thèmes associés