Blessure à l'œil de Jérôme Rodrigues : les propres images de la police inexploitables ?

par Emmanuel Leclère publié le

L'IGPN poursuit son enquête après la blessure à l’œil polémique de l’une des figures du mouvement des gilets jaunes, Jérôme Rodigues, samedi dernier place de la Bastille à Paris. Mais la police des polices pourrait rencontrer des soucis pour analyser les images fournies par la police elle-même.

Jérôme Rodrigues a été blessé à l’oeil samedi lors de la 11e journée de mobilisation des "gilets jaunes", à Paris. © AFP / Zakaria ABDELKAFI / AFP

La police des polices (l'Inspection générale de la police nationale ) poursuit son enquête ouverte par le parquet de Paris avec l’audition de témoins et l’analyse d’images. Celles, notamment, filmées par l'une des figures du mouvement des "gilets jaunes" Jérome Rodrigues lui-même (lors d'un live Facebook), qui a réaffirmé hier encore qu’il avait été frappé par une balle de LBD 40, les nouveaux "flashball", après qu’une grenade a éclaté tout près de lui. 

Un scénario que démentent les policiers qui sont intervenus samedi, mais il se pourrait que les images des caméras fixes ou embarquées par les agents des compagnies de sécurisation et d'intervention de la Préfecture de police de Paris soient compromises.

"Des trous dans la raquette"

Si tous les tandems de policiers armés de LBD 40 étaient bien équipés de caméras place de la Bastille, comme l'a rappelé le secrétaire d'État auprès du ministre de l'intérieur, Laurent Nunez, sur LCI , il y a eu malgré tout, selon nos informations, un certain nombre de problèmes.

Des dysfonctionnements des batteries, par exemple, qui s'éteignent au bout de deux heures. Des objectifs obstrués par la position des bras tenant les armes, car ce n’était pas des caméras fixées sur les casques. Alors "il y a des trous dans la raquette" confiait hier un proche du dossier, sans vouloir confirmer un souci sur la séquence juste avant l’explosion de la grenade et d’un éventuel tir quasi simultané de flashball nouvelle génération vers Jérome Rodrigues.

Il y avait également la possibilité de s’appuyer sur deux caméras fixes placées en hauteur, place de la Bastille mais l’une d’elle filmait une autre charge de policier et la deuxième n’aurait pas eu le "bon angle de vision". 

La seule certitude, c’est que la victime s’est effondrée 1 seconde et 3 dixièmes après l’explosion à ses pieds de la grenade de désencerclement, avec ses éclats en caoutchouc très durs qui peuvent parfois partir en hauteur. Ce qui est donc à ce stade toujours l’hypothèse la plus probable de sa blessure à l’œil.

L'absence d'images policières pertinentes pourrait rendre plus difficile le travail de l'IGPN en charge de cette enquête dans les jours qui viennent, alors qu'elles auraient pu légitimer l'usage de la grenade, qui repose pour l'instant sur la réaction à un projectile (morceau de pavé ou gros caillou ) qui aurait frappé le casque de l'un des agents. 

Thèmes associés