Les locations de camping-car ont explosé en juillet-août. Pour des raisons pratiques et aussi sanitaires, en cette période de crise du Covid-19.

Les locations de camping-car en juillet-août ont bondi de 60% par rapport à l'an dernier.
Les locations de camping-car en juillet-août ont bondi de 60% par rapport à l'an dernier. © Getty

C'est un premier élément de bilan de la saison touristique si particulière en France cet été, du fait de la crise sanitaire du coronavirus : l'engouement pour les vacances en camping-car. On en voit beaucoup, sur les routes, au bord des plages ou parfois en pleine nature. Et pour cause : les locations en juillet-août ont bondi de 60% par rapport à l'année dernière. 

La crise du coronavirus a profité aux camping-cars cet été pour deux raisons. D'abord, car les vacances ont été hexagonales pour un bon nombre de Français, sur des distances plus courtes que d'habitude et donc faciles à parcourir en camping-car. 

"On peut choisir l'endroit le plus sûr"

Et puis, il y a eu l'argument sanitaire. "Il y a plusieurs possibilités avec les camping-cars, on peut s’arrêter où on veut et choisir l’endroit le plus sûr", explique Gérard Couté, président de la Fédération française des camping-caristes. "Les terrains de camping ont des protocoles sanitaires très rigoureux. Et puis il y a des camping-caristes qui sont allés vraiment à l’intérieur du pays, dans des endroits un peu isolés, qui eux étaient totalement en sécurité."

"Ce qui rassure, c'est surtout d'être chez soi", avance aussi Gérard Couté. "Le protocole sanitaire est le même que celui qu'on applique dans son appartement ou son pavillon. Donc _chacun est maître de sa propre sécurité sanitaire_."

Beaucoup de nouveaux adeptes

Parmi les adeptes du camping-car, beaucoup de nouveaux selon Benoît Panel, président de Yescapa.fr, un site de location entre particuliers : "Il y a 83% des locations qui sont des premières expériences de voyage en camping-car", indique-t-il. "Et sur l’ensemble des personnes qui testent ce mode de vacances, il y en aura une partie qui refera une autre expérience. Peut-être sur un autre type de véhicule, pour guider un projet d’achat. Et puis derrière, ils finiront par en acheter un."

Un engouement d'ailleurs "récurrent depuis quelques années", ajoute Gérard Couté, le président de la Fédération française des camping-caristes. "Il se vend environ 18 à 20.000 camping-cars neufs par an. C'est une progression constante à deux chiffres. Cette année, ça a été mis en évidence par la crise sanitaire, mais c'est quelque chose qui à mon avis risque encore de progresser."

Pour l'instant, les camping-cars restent très majoritairement loués. Les prix neufs à l'achat s'élèvent à 45.000 euros minimum, pour les modèles les plus bas-de-gamme.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.