Ce samedi, le Palais des Congrès de Paris accueille le premier concert "Assassin's Creed Symphony", qui célèbre la bande-son de la célèbre série de jeux vidéo, avant une tournée mondiale. Une soixantaine de musiciens, 20 choristes : depuis plusieurs années, le jeu vidéo a donné un nouveau souffle aux grands orchestres.

"Assassin's Creed Symphony", une série de concerts symphoniques autour du célèbre jeu vidéo
"Assassin's Creed Symphony", une série de concerts symphoniques autour du célèbre jeu vidéo © Ubisoft

San Francisco, Montréal, Londres, Milan, Los Angeles, Düsseldorf, Barcelone... Un tour du monde digne de stars de la pop ou du rock : c'est pourtant bien un orchestre symphonique, bref de la musique "classique", qui va effectuer cette tournée de onze dates. Un orchestre qui ne va pas jouer ni Mozart, ni Beethoven... Mais des œuvres de compositeurs bien vivants comme Brian Tyler, Sarah Schachner ou Jesper Kyd.

Des noms qui ne vous disent peut-être rien, mais qui donnent beaucoup de travail (et de partitions) à de grands orchestres classiques partout dans le monde. À l'instar des bandes originales de cinéma, celles du jeu vidéo misent depuis une vingtaine d'années sur ce grain plus "organique" obtenu avec de vrais instruments. À la fois dans les jeux eux-mêmes, mais aussi en sortant ces compositions des consoles pour les amener sur scène. Les premiers concerts de ce genre ne datent pas d'hier : le Japon en organisait dès le début des années 1990.

Un évènement à mi-chemin entre classique et pop

Un concept que connait bien Ivan Linn, chef d'orchestre du concert "Assassin's Creed Symphony", puisqu'il a déjà travaillé sur plusieurs autres projets d'adaptation de musiques de jeux vidéo (dont Zelda et Kingdom Hearts). "C'est un public passionné, enthousiaste. L'échange entre le public et la scène peut même parfois devenir un peu fou !", raconte-t-il. "Le public venu du jeu vidéo ne ressemble ni à celui d'un concert pop, ni à celui d'un concert classique. La manière dont ils vivent un tel événement est différente : ils viennent voir un concert qui les renvoie à des souvenirs de jeu. C'est un peu comme si vous étiez fan des films Star Wars depuis la sortie du premier, et qu'en 2019 vous alliez voir la musique jouée en live !"

Pour Jesper Kyd, devenu au fil des années une référence de la musique de jeux vidéo (il a notamment écrit les partitions des premiers épisodes d'Assassin's Creed, dont son thème principal repris dans presque tous les jeux de la série), ces concerts sont les plus beaux hommages qu'on puisse rendre à l'univers d'un jeu. "Pour le monde du jeu vidéo, un tel concert devient vite une célébration d'un jeu", assure le compositeur danois. "Les joueurs ne viennent pas seulement écouter la musique, mais célébrer la musique et la franchise [dont elle est issue]. Vous savez, les gamers jouent à ces jeux pendant 10, 20, 100 heures... Ce n'est pas un simple film de deux heures. Réécouter ces musiques en live, c'est intense, ça a un sens particulier pour eux. J'ai déjà vu des gens pleurer pendant qu'on jouait ces morceaux !"

Du numérique à l'organique

Jesper Kyd a commencé sa carrière de compositeur pour le jeu vidéo à la fin des années 80, et à l'époque il n'aurait jamais imaginé une telle évolution et un tel succès. "Quand j'étais un enfant, la musique sur le Commodore 64 [un ordinateur lancée en 1982], c'était littéralement juste *bip, bip*. Mon rêve a commencé comme ça, et voir à quoi ça ressemble aujourd'hui, c'est incroyable. Quand j'ai enregistré ma première bande originale de jeu avec un orchestre, pour 'Hitman 2', j'ai été subjugué ! J'ai tout de suite su qu'il y avait quelque chose, là, qui serait incroyable à partager en live."

Adaptées en concert, ces musiques symphoniques sont aussi une occasion de réconcilier les joueurs de différentes générations avec la musique orchestrale (plutôt prisée par les générations précédentes), selon Ivan Linn : "D'abord parce qu'il y a un grand nombre d’œuvres et de franchises à adapter, ensuite parce que ces musiques sont géniales, et enfin parce que c'est une expérience qu'il faut vivre en live. Il y a une énorme différence entre écouter ces musiques sur votre lecteur mp3, avec un casque, et venir dans une salle de concert pour l'écouter jouée devant vous. C'est une expérience phénoménale pour le public."

"C'est un moyen génial pour des orchestres, pour des opéras, pour des salles de concerts, de toucher un nouveau public qu'ils ne pouvaient pas atteindre auparavant", confirme Jesper Kyd. "Et ça n'est pas de la musique écrite il y a plusieurs siècles : ce sont des musiques neuves, un public neuf. Et j'adore l'idée de faire venir tous ces jeunes dans une salle de concert pour leur faire écouter de la musique jouée par un orchestre ou un chœur." Loin de la manette, mais comme jamais immergés dans l'ambiance du jeu.

► SUR LE WEB - Le site officiel de la tournée "Assassin's Creed Symphony"

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.