C'est un danger des activités en pleine nature : les piqûres et les morsures de tiques, qui peuvent être graves, et parfois transmettre à l'homme la maladie de Lyme. Dans certaines régions particulièrement touchées, les vacanciers sont invités à la prudence.

Les piqûres de tique peuvent provoquer la maladie de Lyme dans les cas les plus graves
Les piqûres de tique peuvent provoquer la maladie de Lyme dans les cas les plus graves © Maxppp / Vanessa MEYER / PhotoPQR / L'Alsace

Avec le retour des grandes vacances, l'un des grands dangers des activités en pleine nature, des colonies de vacances en forêt ou du camping en montagne : les tiques. Ces acariens provoquent des piqûres et des morsures qui peuvent être graves, car elles peuvent transmettre à l'homme l'encéphalite à tiques ou la maladie de Lyme, une affection qui peut entraîner des douleurs articulaires durables et même des paralysies de certains membres. 

Il faut être vigilant dans certaines régions, comme dans le Grand Est, ou plus encore en Bourgogne-Franche Comté, où jusqu'à 43% des tiques infectées ont été signalées. 

30% des tiques portent des agents pathogènes

Depuis 2016, dans le cadre du programme de recherche participatif, des citoyens volontaires aident la communauté scientifique aident la communauté scientifique à repérer les tiques. Grâce à ce programme, plus de 35 000 spécimens ont été collectés par des particuliers, puis analysés. "Elles aiment se nourrir sur des petits animaux comme les campagnols, les mulots ou les écureuils, mais aussi sur des plus grands, comme des cervidés. On les retrouve donc là où on retrouve leurs hôtes de prédilection", explique Johanna Fite, responsable de la mission Vecteur à l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses). 

Après analyse, 30% de ces petites bêtes, appelées aussi "poux des bois", portaient un agent pathogène potentiellement dangereux, "aussi bien des virus que des bactéries ou des parasites", poursuit Johanna Fite. "Elles s'accrochent à la peau et fabriquent une sorte de petit ciment, ce qui fait qu'elles sont très bien arrachées en général", explique la chercheuse. 

Que faire en cas de piqûre ? 

"Il ne faut pas l'arracher de manière trop brusque, sinon on risque de laisser une partie des pièces buccales. Après l'avoir détachée, il faut désinfecter la plaie", conseille Johanna Fite, "et la surveiller pendant plusieurs semaines : il faut consulter un médecin si dans les jours qui suivent la piqûre, on a des symptômes inexpliqués, comme de la fièvre, une fatigue extrême, ou des lésions cutanées anormales". En 2019, 50 133 cas de maladie de Lyme ont été répertoriés en France métropolitaine.