La saison d'été s'annonce pleine pour la SNCF, qui enregistre de bonnes réservations. L'un des enjeux pour l'entreprise de chemins de fer est de réduire le nombre de pannes sur ses trains en circulation. Pour cela, la "maintenance prédictive", basée sur des capteurs et algorithmes, est expérimentée sur certains trains.

L'objectif est de parvenir à mettre en place cette maintenance prédictive sur tous les trains en circulation d'ici à quelques années
L'objectif est de parvenir à mettre en place cette maintenance prédictive sur tous les trains en circulation d'ici à quelques années © AFP / Denis Charlet

L'été arrive, et avec lui la saison des grands déplacements. Et à l'approche du mois de juillet, alors que le spectre du Covid semble s'envoler, après le temps des pertes vient celui du sourire. "Tous nos technicentres industriels sont sur le pont, pour que 100% des trains qui doivent circuler soient vraiment au top niveau", explique Christophe Fanichet, PDG de SNCF Voyageurs, qui note un bon niveau de réservations : "On voit que l'été arrive, et que de plus en plus de Français réservent vraiment leurs billets de train, ce qui me laisse vraiment confiant dans la volonté des Français de prendre le train pour partir en vacances. Et j'espère qu'on fera mieux que l'an dernier, où l'on avait permis à 20 millions de Français de prendre le train pour partir en vacances : les courbes d'aujourd'hui nous permettent d'être optimistes". 

Connaître... et anticiper l'état des trains

Pour assurer le service aux millions de voyageurs qui prennent le train, la SNCF doit faire en sorte de prémunir ses rames contre les défaillances techniques. Si elle ne peut rien contre les actes malveillants, comme l'incendie de câbles qui a entraîné de forts retards sur la ligne TGV Paris-Marseille dans la nuit de jeudi à vendredi derniers, la compagnie s'équipe de plus en plus contre les autres aléas qui peuvent survenir sur les trajets. 

Cartes 3D et 4G, capteurs en tous genres : aujourd'hui, quelque 400 trains (essentiellement des transiliens et des TER) sont équipés de technologies dites de maintenance prédictive. "Cela permet de connaître l'état en temps réel du train, de savoir s'il a une panne", détaille Cyrille Verdun, en charge de ce projet à la SNCF. "Deuxièmement, c'est savoir anticiper la panne : elle n'est pas encore arrivée, mais il y a des signes précurseurs, et les algorithmes permettent de dire qu'on aura une panne sur cette fonction dans x temps". 

Une expérimentation qui fait ses preuves

Ainsi, il devient possible prévoir jusqu'à la date et quasiment l'heure de cette panne, afin qu'elle ne survienne plus en circulation. Et cela fonctionne pour toute une série d'incidents : "Ce peut être une porte qui reste ouverte alors qu'elle devrait se fermer, ou une clim qui ne fonctionne pas"... la fameuse panne de clim en pleine canicule, l'une des pannes les plus fâcheuses et que personne ne souhaite vivre en plein mois de juillet sur la route des vacances. 

Demain, il sera donc possible de l'anticiper au maximum, et ce sur tous les trains : "Bien sûr, le but, c'est de le faire : tous les TGV que l'on achète en ce moment, comme le très attendu TGV M [les futures rames dont la mise en service est prévue à partir de 2024, ndlr], seront complètement en maintenance prédictive". Expérimenté de manière limité pour le moment, le procédé fait ses preuves sont la SNCF : s'il ne permet pas d'éradiquer toutes les pannes, il les réduirait de moitié.