Depuis mardi, il est à nouveau autorisé de se marier. Ce premier week-end du mois de juin devrait donc marquer un retour des cérémonies et des réceptions. Dans les faits, beaucoup de futurs mariés ont surtout choisi de reporter à plus tard, un "casse-tête" pour les prestataires, comme ici en Touraine.

Des mariés préparent leur soirée, chez un prestataire, qui loue des décorations pour les mariages, à Villandry, en Indre-et-Loire
Des mariés préparent leur soirée, chez un prestataire, qui loue des décorations pour les mariages, à Villandry, en Indre-et-Loire © Radio France / Rémi Brancato

"Voilà ma maman" : Charlotte monte dans la voiture et retrouve sa mère, ce mercredi matin, dans le centre de Tours, en Indre-et-Loire. "Je vais faire le dernier essayage de ma robe de mariée, normalement c’était le 14 avril : là aussi c’est au dernier moment !" sourit la presque trentenaire.

La semaine dernière, au moment des annonces d'Edouard Philippe, détaillant les mesures de déconfinement, et autorisant la reprise des mariages, avec Jérémy, son compagnon, la décision a été prise : maintenir la date du 27 juin pour se marier. "Dans ma tête, je sens libérée", raconte Arlette, la mère de Charlotte, "mais c'est la course". 

Soulagement après le confinement

Pendant trois mois l'incertitude a pesé, et il faut tout rattraper très vite. "La témoin, qui est sa sœur, n'a pas de tenue et les autres témoins veulent que ce soit aussi bien que s’il n’y avait pas le corona, donc c’est un stress", raconte la mère. Charlotte, sa fille, se dit "soulagée" d'avoir pris la décision et d'éviter le report au 21 novembre, qui était le plan B. "Nos alliances étaient gravées au 27 juin 2020 et c'est à quelques jours près la date à laquelle nous nous sommes mis ensemble : c'était symbolique", explique la jeune femme.

Mais cette journée sera bien différente, avec un intrus de taille : le virus. "On ne l’avait pas invité, il est venu tout seul" plaisante Charlotte. "On a prévu des masques, du gel hydroalcoolique : c’est une autre logistique mais on est heureux de se marier donc c’est ce qui compte". Les masques seront obligatoires à l'Eglise, et sur les photos de famille. "Dans 10 ans, on en rigolera, on aura fait un mariage masqué !"

La saison des mariages démarre très calmement

Comme Charlotte et Jérémy, les couples qui ont maintenu leur mariage ce mois de juin sont rarissimes. "Tout a été pratiquement reporté sauf quelques exceptions" témoigne Philippe Lainé, de la société Chez PhiliGéo, qui loue du matériel de décoration pour les mariages.

Des mariés préparent leur soirée, chez un prestataire, qui loue des décorations pour les mariages
Des mariés préparent leur soirée, chez un prestataire, qui loue des décorations pour les mariages © Radio France / Rémi Brancato

Alors qu'on est en pleine saison, la première décoration de salle n'aura lieu que le 20 juin, avec deux mariages sur 14 prévus ce jour-là initialement. "On a essayé d’être conciliants, on assure les reports sans frais supplémentaires, car nous on a la chance de pouvoir faire plusieurs prestations sur un même week-end, ce qui pour les organisateurs de mariages ou les salles sera plus compliqué". 

Incertitude pour les invités de l'étranger

Les reports de mariage, en août, septembre ou même surtout en 2021 sont légions. Même si la barrière des 100 kms et les restrictions sont levées, beaucoup s'inquiètent de voir des proches absents, notamment en provenance de l'étranger, "surtout si ce sont des témoins".

"Ce sont les amis les plus proches pour moi, qui viennent de Chypre ou d'Espagne" témoigne Jérémy, en visite avec sa compagne Sophie, chez Philigéo, et dont le mariage est prévu le 29 août. 

Noémie Pasquet, de l'agence MonaLisa, à Tours, les accompagne cet après-midi. Depuis trois mois, elle jongle avec les dates sur l'agenda, "du jamais vu". Des reports, des annulations, Noémie en a déjà vu "de manière anecdotique, mais là c'était pour tous les mariages".

Un embouteillage de mariages en 2021

"En temps normal, la saison 2021 était déjà bien bookée et se sont ajoutés à ces mariages, les reports de 2020" raconte-t-elle. La plupart de ses clients ont en effet choisi de se marier l'an prochain, pour éviter toute incertitude : "il fallait trouver des dates pour convenir à tous les prestataires, que ce soit DJ, photographe, traiteur, coiffeur, baby-sitter et cela a été un vrai casse-tête". 

Résultat : une activité réduite l'an prochain et même un mariage reporté à 2022 : "on est obligé de refuser des dates à des nouveaux clients en 2021, et sur ces deux années, on aura donc un mariage au lieu de deux, c"est presque 50% de baisse de chiffre d’affaires, théoriquement !"

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.