Trois étudiants de l'EM Lyon ont lancé "Balance ton stage" pour partager les témoignages de victimes ou de témoins de scènes sexistes durant leur stage en entreprise. En plus de la page Instagram, Camille, Simon et Agathe ont monté un manuel de sensibilisation et une formation sur le sexisme en entreprise.

Trois étudiants de l'EM Lyon ont lancé "Balance ton stage" pour partager les témoignages de violences sexuelles subies pendant les stages
Trois étudiants de l'EM Lyon ont lancé "Balance ton stage" pour partager les témoignages de violences sexuelles subies pendant les stages

"Quand on est en stage dans une entreprise, on ne sait pas ce qui est de l'ordre de l'acceptable ou pas". Des commentaires stéréotypés sur les femmes jusqu'aux blagues inappropriées, en passant par les remarques sur le physique, savoir où mettre le curseurs quand on est stagiaire, ce n'est pas évident. C'est le constat qu'ont fait Camille, Simon et Agathe, étudiants en troisième année à l’école de commerce EM Lyon, après avoir été eux-même confrontés à des situations de sexisme dans une entreprise. Et c'est ce qui les a poussé à lancer "Balance ton stage". 

Un constat : les étudiants ne sont pas préparés au sexisme en entreprise 

"Pendant notre stage, ça a été compliqué avec notre manager", racontent Agathe et Camille, toutes les deux stagiaires dans la même société. "On a été confrontées à du sexisme ordinaire pendant des mois". En rentrant à l'école, les trois étudiants se demandent si d'autres élèves de leur école ont fait face à ce genre de situations. Et le résultat est sans appel. Dans un sondage qu'ils ont posté sur les réseaux sociaux de leur promotion, 170 personnes ont répondu : 43 % ont été témoins de propos ou comportements à connotation sexuelle lors de leur stage de première année, 23 % en ont été victimes. Aucune d'elles n'a porté plainte et 5 % seulement ont remonté les faits à l'EM Lyon. Un tiers n'en a même jamais parlé. 

Sous ce bilan effarant, Camille, Simon et Agathe décident d'aller plus loin et de recueillir les témoignages. Avec une vingtaine de déclarations, les trois étudiants se rendent compte d'une chose : les jeunes ne sont ni sensibilisés ni préparés à de tels comportements sexistes. "On a tous eu la même réaction, on était sidérés, on ne savait pas quoi répondre. On sait que ce n'est pas normal, mais on n'ose pas réagir. En plus on se dit qu'on pourrait perdre notre stage et ne pas en retrouver d'autre derrière" confie Agathe. Pour eux, il faut agir. 

Une page Instagram et un manuel de sensibilisation au sexisme 

"Alors, qui va bien pouvoir te sauter ce soir ?", "Si tu veux réussir dans la finance, il va falloir sucer", "On va faire des bêtises tous les deux", "T'as tes règles en ce moment, parce que tes seins sont beaucoup plus gros que d'habitude"... Les témoignages se multiplient et proviennent même d'autres écoles que l'EM Lyon (Sciences Po, écoles de commerce et d'ingénieur, BTS et CAP). Camille, Agathe et Simon ne veulent pas les garder pour eux. Le 26 juillet dernier, ils créent la page Instagram "Balance ton stage" pour mettre en lumière tous ces témoignages et "éveiller les consciences" déclare Agathe. Le but n'étant pas de dénoncer les personnes, comme le mouvement #BalanceTonPorc, mais "d'offrir aux victimes un endroit où elles peuvent se confier, anonymement ou pas" complète la jeune femme. 

Pour afficher ce contenu Instagram, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Instagram, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

"Cette page Instagram, c'est pour préparer le terrain" explique Camille. Leur véritable objectif, c'est de créer un manuel pour "sensibiliser les étudiants au sexisme en entreprise, qu'ils soient victimes ou témoins" ajoute-t-elle. Pendant un mois, ils rédigent donc le "Petit manuel du sexisme en entreprise", qui se divise en trois parties. La première explique ce qu'est le sexisme, ce qui est acceptable et légal, et ce qui ne l'est pas. La deuxième liste les mécanismes en oeuvre en entreprise pouvant favoriser les cas de sexisme, d'outrage ou harcèlement sexuel (les enjeux de pouvoir, l'isolement, etc). La troisième quant à elle, donne aux victimes ou témoins les clés et les contacts pour agir face à de telles situations. 

"Balance ton stage" ne compte pas s'arrêter là

Le "Petit manuel du sexisme en entreprise" est disponible depuis ce jeudi sur les réseaux sociaux. Il fait près de 60 pages et est illustré par Elea Molmeret. On peut le trouver gratuitement en lien dans la bio de la page Instagram de "Balance ton stage"

Les premières pages du manuel sur le sexisme en entreprise.
Les premières pages du manuel sur le sexisme en entreprise. / Balance ton stage

Camille, Agathe et Simon espèrent que leur manuel trouvera le même succès que leur page Instagram, qui compte aujourd'hui 2 717 abonnés. "Maintenant on reçoit deux à trois témoignages par jour" raconte Agathe. "On en a reçu plus de 100 en un mois" s'exclame Simon. Ils ont reçu "beaucoup de témoignages positifs" sur leur initiative racontent les trio étudiant. Mais ils ne comptent pas s'arrêter là. "La prochaine étape, c'est la création d'une formation sur le sexisme en entreprise destinée aux étudiant.e.s de première année avant leur départ en stage" annoncent-ils. "Cela prendra la forme de pièces de théâtre improvisées et de mises en scène, pour que les élèves sachent concrètement ce à quoi il vont faire face et comment devront-ils réagir", détaille Camille. Cette formation est élaborée avec Ekiwork, un cabinet de formation spécialisé dans la prévention du sexisme au travail. "On aimerait aussi créer des cellules psychologiques à l'école pour les élèves qui reviennent de stage, pour qu'il puissent parler de ce qu'ils ont vécu" renchérit l'étudiante. S'ils n'en sont pas encore là, Camille, Simon et Agathe sont bien décidés à faire bouger les choses dans leur école et au-delà.