Selon le baromètre mensuel Odoxa d'octobre 2019, une majorité de Français pensent que ce mouvement a été une bonne chose pour leurs concitoyens les plus modestes, mais aussi pour la démocratie, le débat. Plus des trois quarts des personnes interrogées pensent qu'il est en sommeil, voire qu'il se poursuit déjà.

Gilets jaunes à Saint-Étienne le 26 octobre 2019
Gilets jaunes à Saint-Étienne le 26 octobre 2019 © Maxppp / LE PROGRES/Yves SALVAT

Définitivement à l'arrêt ou juste endormi ? Dans ce sondage réalisé pour CGI, la presse régionale, France Inter et L'Express, 43 % des Français interrogés estiment que le mouvement des "gilets jaunes", lancé en novembre 2018 et en perte de vitesse, marque seulement une pause. Ils sont aussi 33 % à penser que le mouvement se poursuit déjà.

Des gilets jaunes qui suscitent, un an après, des réactions ambivalentes. Leur mouvement est perçu à près de 60% comme ayant été bénéfique pour les plus modestes ; à plus de 50% comme ayant été utile pour la démocratie (notamment avec le grand débat). Ça, c'est pour le côté pile : côté face, ils estiment aussi largement que ce mouvement social a nui à l'économie du pays (pour près des 3/4 des Français interrogés) voire dégradé l'image de la France à l'étranger (pour huit sondés sur dix).

Les "gilets jaunes", le gouvernement en parle de plus en plus souvent au passé. Le samedi, "on ne les comptabilise même plus", explique-t-on au ministère de l'Intérieur. Les feux rouges ont repris leur place sur les Champs-Élysées. Comme si la page était tournée.

Pourtant, les préoccupations portées par le mouvement, semblent largement partagées par les Français. Dans le baromètre Odoxa, le pouvoir d'achat apparaît ainsi plus que jamais comme la priorité numéro 1 des personnes interrogées, devant la question fiscale et la baisse des impôts.  Mouvement en sourdine, donc, mais encore bien présent, au moins dans les esprits.

Les "retraités de la politique" toujours plus populaires

Côté popularité, les politiques français peinent à enthousiasmer les foules, à quelques mois des municipales et dans un contexte de repolarisation politique. Deux personnes interrogées sur trois (65 %) jugent qu'Emmanuel Macron n'est pas un bon président, et 62 % qu'Édouard Philippe fait un piètre Premier ministre.

Avec 32 % d'adhésion (mais 36 % de rejet), Nicolas Sarkozy est l'homme politique que les sondés apprécient le plus. D'ailleurs, le classement est riche en "retraités de la politique" qui semblent désormais manquer aux électeurs : Ségolène Royal (23 % d'adhésion pour 36 % de rejet), François Hollande (22 % contre 38 %), Bernard Cazeneuve (21 % contre 30 %)...

Derrière Nicolas Sarkozy, Jean-Yves Le Drian et Xavier Bertrand se partagent le bas du podium, devant Marine Le Pen et sa nièce, Marion Maréchal (qui génèrent toutefois toujours autant d'hostilité : 50 % de rejet pour la première, soit un point de moins que son adversaire Jean-Luc Mélenchon ; 46 % pour la seconde).

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.