À l'approche des fêtes, les retardataires se rabattent souvent sur des coffrets de parfum ou de produits de beauté. La grande tendance, c'est d'aller vers des produits plus respectueux de l'environnement et de notre santé, mais attention au "Green washing".

Les coffrets de parfums ou de produits de beauté jouent parfois sur la recherche de produits sains tout en contenant des dérivés du pétrole. (Photo d'illustration)
Les coffrets de parfums ou de produits de beauté jouent parfois sur la recherche de produits sains tout en contenant des dérivés du pétrole. (Photo d'illustration) © Getty / lechatnoir

80 à 90% des cosmétiques qu'on trouve dans les parfumeries, grandes surfaces et même pharmacies, sont composés de dérivés de pétrole et donc potentiellement polluants. Des compositions bien identifiées désormais pas les consommateurs, qui se tournent vers des produits supposément plus sains, plus propres...

Une demande bien identifiée par les industriels qui proposent des produits "verts", en travaillant l'emballage et en affichant fièrement un label ou une mention. Mais sans pour autant être dénués de composants dérivés du pétrole. C'est ce qu'on appelle le "Green washing", pratique très répandue dans le secteur des cosmétiques.

Des produits sains, il en existe pourtant plein. Le mouvement slow cosmétique en fait la promotion, sur Internet ou dans les magasins bio. Et ce ne sera pas forcément plus cher qu'un produit de grande marque.

Préparer ses cosmétiques maisons

Membres de l'association "slow cosmétique", qui promeut les produits sains, Julien Kaibeck et Mélanie Dupuis ont édité plusieurs ouvrages, dont un guide pour préparer ses cosmétiques soi-même avec un minimum d'ingrédients. Il est par exemple possible de réaliser votre propre baume à lèvres, plutôt que d'acheter des sticks dont la composition, très complexe, renferme de nombreux dérivés du pétrole.

Leur recette est simple : il suffit de faire fondre au bain marie, du beurre de karité (3g) et de la cire végétale (1,7g), comme de la cire d'abeille par exemple, puis d'y incorporer hors du feu 4g d'huile de jojoba. Il est possible ensuite de teinter le baume avec de la betterave, du cacao ou des poudres minérales, avant d'ajouter 1g de miel et 0,3g de propolis. 

Autre exemple, le dentifrice "slow", une poudre qui se transforme "en lait" au contact de la salive, composée d'argile blanche (53 %), de carbonate de calcium (46 %) et d'huile essentielle de menthe poivrée (1 %) dans laquelle il suffit de tremper sa brosse à dent (sèche). Une très faible quantité de cette poudre (qui se conserve six mois) suffit pour se brosser les dents comme à l'accoutumée.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.