Alors que l'enfance est trop souvent perçue comme un temps révolu à mesure que nous prenons de l'âge, le philosophe Roger-Pol Droit explique dans "Grand Bien vous fasse" combien l'esprit d'enfance reste une ressource perpétuelle chez tous les adultes pour concilier émerveillement et responsabilité quotidienne.

Esprit d'enfance : quand être adulte est un vrai jeu d'enfants !
Esprit d'enfance : quand être adulte est un vrai jeu d'enfants ! © Getty / HEX

L'esprit d'enfance, c'est quoi ? 

Le philosophe Roger-Pol Droit explique que "c'est quelque chose que nous avons en permanence en nous. Il ne s'agit pas tellement de le retrouver comme si c'était un objet perdu, il s'agit de trouver le moyen de s'y plonger : ce sont d'abord et avant tout des sensations, c'est le goût de quelque chose que vous mangiez enfant ou l'odeur de quelqu'un, d'une maison, d'une pièce, ce sont des rires, ce sont des jeux, des terreurs... Toute une série de choses qui sont d'une certaine manière restées en nous-mêmes, que nous avons peut-être oubliées mais qui peuvent resurgir tout d'un coup

C'est en quelque sorte "l'autre versant de notre vie d'adulte", qui est toujours à notre disposition, mais qui, souvent, nous fait un peu peur car ça ne nous semble pas très sérieux, puéril. Mais ces sensations d'enfance, il faut arriver à les reconsidérer ! 

L'esprit d'enfance est vraiment l'esprit de "la première fois": regarder les choses, goûter les choses, voir les gens, voir le monde comme si c'était toujours la première fois".

Renouer avec l'esprit d'enfance

D'après Roger-Pol Droit, "philosophiquement, il faut considérer que c'est quelque chose d'énigmatique. Il faut être curieux, expérimenter à l'intérieur de chacun de nous ces sensations, ces souvenirs. On découvre finalement qu'il y a quelque chose, un rapport différent au langage, à la logique, aux jeux, aux rires, aux pleurs, à l'intelligence, etc. 

Tout enfant est un puzzle d'images, de souvenirs, d'émotions, de sensations. C'est pourquoi a posteriori, il faut un peu de patience et apprendre à exercer son regard pour le comprendre.

C'est un entraînement, une expérience de vie. L'enfance, certes nous l'avons tous vécue mais l'esprit d'enfance, c'est vraiment la capacité d'extraire quelque chose de nos souvenirs. 

L'esprit d'enfance se retrouve inévitablement dans la vie d'adulte, dans le rapport que nous avons aux autres, dans la création

Tous les créateurs, qu'ils soient artistes, scientifiques, philosophes, mathématiciens, écrivains, ont ce rapport qui fracture un peu le sérieux.

Être adulte, c'est entretenir son âme d'enfant 

Il ne s'agit pas non plus de faire constamment l'enfant mais de puiser en soi un décalage : cette idée de passage de l'un à l'autre de manière permanente. Le philosophe souligne "qu'il ne s'agit pas de se dire 'réfugions-nous dans l'enfance comme une espèce de paradis perdu ou de refuge', ni de dire que 'c'est puéril' mais d'organiser tout le temps cette combinaison qui nous permet de basculer ailleurs et de n'être pas simplement dans un seul rôle. 

Il faut pouvoir garder son âme d'enfant jusqu'à la fin de ses jours. C'est important car, plus on vieillit, plus on est rattrapé d'une certaine manière par les habitudes, par le sérieux, par les rôles sociaux et par le fait de croire qu'on sait qui on est. L'enfance, comme sensation de la première fois, est aussi quelque chose dont on a besoin pour rafraîchir, remettre en question notre propre présence. Sinon, on peut rapidement tomber dans le cynisme... quand on a finalement laissé tomber les rêves et qu'on assume ne plus croire à rien. 

Il y a quelque chose de l'ordre du jeu, de la facétie qui n'empêche pas de rester sérieux. Il faut arrêter avec les choix exclusifs et les choix binaires. Car on a trop souvent tendance à assimiler l'enfance comme le temps du caprice, de la candeur, de la réserve, du paradis, de l'ordre du puéril et qu'être adulte, c'est justement la volonté de s'affranchir de tout cela... Il demeure encore un grand préjugé anti-enfants dans la société...

Il faut combiner, dans son existence, du ludique, de l'absurde, du sérieux et de la prise de distance.

Il faut savoir jouer, s'amuser tout en sachant empêcher les tragédies, prendre ses responsabilités sans se déresponsabiliser tout le temps. Il ne faut pas que la balance s'alourdisse plus d'un côté que de l'autre". 

Attention toutefois au syndrome de Peter Pan !

C'est pourquoi le philosophe précise :

l'esprit d'enfance ne doit pas être considéré comme un refuge dans lequel on estimerait qu'être adulte serait ennuyeux, pesant, difficile et desséchant au point de rester enfant, sinon infantile toute sa vie. 

"Il faut au contraire tout à la fois tenir évidemment son âge et son rôle d'adulte, ses fonctions, ses responsabilités mais penser à bien les irriguer et les desserrer avec l'esprit d'enfance. Il va simplement changer certaines choses dans notre rapport au langage, dans notre rapport au temps, dans notre rapport aux sensations pour défaire un certain carcan et prendre un certain recul avec l'intensité de la vie quotidienne". 

Aller plus loin

🎧 RÉÉCOUTER - Grand bien Vous Fasse : Comment conserver son esprit d'enfance ? 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.