Sur France Inter, à l’occasion d’une émission sur le narcissisme pathologique et ses ravages grandissants, revenons aux origines du mythe de Narcisse, pour mieux saisir le message des siècles et nous mieux considérer avec quelques clés de plus, afin d'ouvrir le mystère de notre identité.

Narcisse et Écho
Narcisse et Écho © Getty / Hulton Fine Art Collection

À l’écoute des mythes et pour atteindre la connaissance de soi, la part archaïque de notre psychisme reste toujours assoiffée de symboles. Pourtant, lorsqu’on évoque le terme « narcissique », des images négatives surgissent, des jugements s’élèvent et la honte d’être considéré comme tel masque une évidence : le narcissisme est bien un élément constitutif de la personnalité !

Le mythe de Narcisse

Commençons par revisiter le texte du mythe tel que le poète latin, Ovide nous le raconte dans ses Métamorphoses. Écrit aux alentours de l’An Un, ce texte classique se trouve constamment étudié au collège, justement  parce que les mythes grecs et romains qu’il revisite imprègnent toute notre culture.

Narcisse est un jeune chasseur, fils de la nymphe, Liriopé, et du dieu fleuve Céphise. Ce nom, Narcisse, a pour racine grecque, narké, qui signifie sommeil ; le mythe de Narcisse se révèle être un mythe d’éveil

À la naissance de son enfant, Liriopé consulte le célèbre devin Tirésias pour savoir si Narcisse aura une longue vie. Tirésias lui répond cette étrange prédiction (III, 339-350) :

Oui, s’il ne se connaît pas. 

Enfermé dans l'amour inquiet de sa mère, l’enfant grandit donc sans se connaître. D'une très grande beauté, Narcisse attire le désir de tous, mais ne pourra entrer en relation véritable avec qui que ce soit. 

Déesse de la juste colère, Némésis entend une plainte, celle de la nymphe Écho, amoureuse éconduite par le jeune homme. Elle décide de modifier le cours des choses : alors que le jeune chasseur se retrouve seul, en forêt, près d’un cours d’eau, cherchant à se désaltérer, il aperçoit tout à coup son reflet dans l’onde. 

Narcisse tombe éperdument amoureux de l'insaisissable reflet, sans savoir qu'il est envoûté par sa propre image.

Une beauté me charme, je la vois, et je ne puis la rejoindre.

S’obstinant à saisir sans répit cette forme qui le fuit, le jeune homme dépérit et meurt. Prenant racine au bord de l'étang, il se transforme peu à peu en cette fleur qui porte à présent son nom.

tapis de narcisses en fleurs
tapis de narcisses en fleurs © Getty / F.M.Kearney / Design Pics

Comprendre ce mythe d’éveil

Dès 1910, en psychanalyse, le concept de narcissisme est élaboré par Sigmund Freud, comme « amour du sujet pour sa propre personne ». Il s’agit donc d’une étape du développement de l’enfant, essentielle dans la construction de la personnalité. À partir de la croyance qu'il est le centre du monde, l’enfant devra évoluer en obtenant de nouvelles satisfactions dans la fréquentation des autres et du monde extérieur.

Au stade où Narcisse se trouve encore, vivant mais inconscient de sa propre valeur, il ne pourra qu'errer dans le vaste monde, quêtant sans relâche l’approbation des autres, incapable de s'engager dans une relation authentique. 

La mort, qui correspond à un arrêt dans le mouvement de vie, n'est autre que le narcissisme pathologique, ou l'impasse psychique d’une vie individualiste à outrance.

Le psychothérapeute américain, Thomas Moore, reprenant à quelques siècles de là le récit d’Ovide, nous livre une indication utile pour comprendre ce message :  la mort qui frappe le jeune garçon est symbolique. En d'autres termes, Narcisse s'est simplement métamorphosé en fleur, abandonnant son ego étouffant et s’épanouissant enfin. La leçon du mythe propose cette épreuve pour initier le jeune éphèbe à la citoyenneté.

Narcisse grandiose et Narcisse vulnérable

Dans son livre, Les Narcisse, la psychiatre-psychanalyste Marie-France Hirigoyen évoque une véritable épidémie de narcissisme dans notre société de performance, suralimentée par les réseaux sociaux

Invitée d'Ali Rebehi dans l'émission Grand bien vous fasse, le mardi 26 mars dernier, Marie-France Hirigoyen pointe également la confusion entre un narcissisme sain, cette confiance en soi nécessaire pour s’affirmer, et le narcissisme pathologique qui est un trouble de la personnalité consistant à se mettre en avant aux dépens des autres.

Elle explique la blessure originelle du narcissique, une perturbation dans l'enfance :

Un narcisse est quelqu’un qui, au fond, a une image extrêmement dévalorisée de lui-même et qui, en permanence, est en train de rehausser cette image dévalorisée.

35 sec

La psychiatre-psychanalyste Marie-France Hirigoyen définit le narcissisme

Par Ali Rebehi

La psychiatre-psychanalyste attire notre attention sur la différence entre Narcisse grandioses et Narcisse vulnérables. Dans sa pratique clinique, elle rencontre surtout des personnalités narcissiques vulnérables, celles qui cachent leur désir de toute puissance derrière une fausse modestie.

On reçoit beaucoup les Narcisse vulnérables, qui sont dans des plaintes pour harcèlement moral, par exemple, soit parce qu’ils ont l’impression d’être incompris.

1 min

Marie-France Hirigoyen fait la distinction entre Narcisse grandiose et Narcisse vulnérable

Par Ali Rebehi

La question de l'éducation semble fondamentale, ainsi que la capacité à se remettre en question tout au long de sa vie. 

Aller plus loin

📖  Lire le livre de Marie-France Hirigoyen, Les Narcisse, paru en ce mois de mars 2019 aux éditions de la Découverte.

🎧  Réécouter l'émission d'Ali Rebehi, intitulée Comment expliquer l'épidémie de narcissisme ? avec Marie-France Hirigoyen.

📖  Consulter la publication Portrait robot du Narcisse pathologique : le cas Donald Trump sur le site de France Inter.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.