L'Apur (atelier parisien d'urbanisme) a étudié l'ensoleillement et la végétalisation des rues de Paris pour créer une carte des "couloirs de fraîcheur" : des rues où il est possible de se déplacer en restant le plus possible à l'ombre.

Les quais de Seine à Paris, le 25 juin 2019.
Les quais de Seine à Paris, le 25 juin 2019. © AFP / THOMAS OLIVA

Vous n'y couperez pas : il va bien falloir marcher les quelques centaines de mètres qui séparent votre domicile de la station de métro la plus proche. Un petit trajet qui peut vite devenir un enfer avec les températures qui règnent actuellement.

Pour vous aider à choisir votre itinéraire, l'Apur (atelier parisien d'urbanisme) a créé une carte, regroupant ce qu'ils ont baptisé les "parcours de fraîcheur", c'est à dire les rues où la température est la plus supportable pendant la journée. "L'idée n'est pas de faire le trajet le plus court, mais le plus ombragé", explique Julien Bigorgne, ingénieur environnement à l'Apur.

Pour dessiner cette carte, commandée par la mairie de Paris, l'atelier a listé les rues possédant le plus d'ombre, en prenant en compte la hauteur des bâtiments et de la végétation qui s'y trouve. En additionnant ces deux critères, on obtient un relevé des trottoirs les moins exposés au soleil, et donc les plus frais. "Le problème", concède Julien Bigorgne, "c'est que l'ensoleillement est différent en fonction des jours de l'année et de l'heure de la journée. Nous avons donc pris le parti de faire les relevés pendant une journée de la mi-août, où l'ensoleillement est au maximum."

Sans surprise, les rues orientées dans le sens Nord-Sud sont les moins exposées. À l'inverse, il vaut mieux éviter les rues orientées dans le sens Est-Ouest car le soleil y sera très présent le matin et le soir. En journée, le trottoir Nord sera aussi plus longtemps au soleil. La largeur de la rue a aussi son importance. "Les rues étroites, comme dans le Marais, sont exposées moins longtemps que les grandes avenues", détaille Julien Bigorgne.

Pour télécharger la carte des "parcours de fraîcheur" de jour en grand format, cliquez ici.

La carte des "couloirs de fraîcheur" de jour
La carte des "couloirs de fraîcheur" de jour / apur

Une carte différente pour la nuit

Autre difficulté : un parcours frais et ombragé en journée ne sera pas forcément intéressant à emprunter la nuit. "D'autres facteurs entrent en jeu comme la présence de végétation, mais aussi le type de matériau au sol. La végétation ne stocke pas la chaleur. Une rue avec de la pelouse, des arbres ou même des arbustes sera donc plus fraîche." Ce sera aussi le cas des sols avec des matériaux blancs ou sablonneux "qui chauffent très vite la journée mais se refroidissent aussi vite dès que le soleil est couché".

À l'inverse, les rues avec de l'asphalte, des pavés récents ou des dalles de granit vont agir comme un radiateur : elles emmagasinent la chaleur pendant la journée et la rejette pendant la nuit.

Enfin, un dernier facteur entre en compte. "C'est le facteur de vue du ciel : plus la rue est exposée directement au ciel, plus le rafraîchissement va se faire rapidement." Les petites allées du Marais, qui étaient plus fraîches pendant la journée, ne seront donc pas le meilleur endroit pour se protéger de la chaleur la nuit venue.

Ce modèle possède une autre limite : si la canicule dure trop longtemps, il peut y avoir apparition d'une inertie thermique. "Des rues qui étaient fraîches au début vont l'être de moins en moins, car les pierres des bâtiments vont absorber plus de chaleur qu'elles ne pourront en rejeter la nuit."

Pour télécharger la carte des "parcours de fraîcheur" de nuit en grand format, cliquez ici.

La carte des "parcours de fraîcheur" la nuit
La carte des "parcours de fraîcheur" la nuit / apur
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.