Caricatures, insultes, accusations complotistes... Depuis le début de l'épidémie de Covid-19, les messages de haine à l'encontre de personnalités identifiées comme "juives" essaiment sur les réseaux sociaux et certains forums. Des plaintes ont été déposées.

Agnès Buzyn, son mari Yves Lévy, ou encore le directeur de la Santé Jérôme Salomon sont victimes d'attaques antisémites.
Agnès Buzyn, son mari Yves Lévy, ou encore le directeur de la Santé Jérôme Salomon sont victimes d'attaques antisémites. © AFP / Alain Jocard

Ce sont des messages antisémites diffusés dans des groupes Facebook qui comptent plusieurs milliers d'utilisateurs. Ce sont des tweets accompagnés d'une caricature antisémite qui ont été massivement relayés avant d'être supprimés. Ce sont des vidéos Youtube complotistes visionnées des centaines de milliers de fois sous lesquelles on trouve des commentaires antisémites "likés" parfois par près de 300 personnes. C'est un forum très populaire où la haine des juifs resurgit à l’aune de l’épidémie.

Pour certains internautes, il faut absolument trouver un responsable à l'épidémie de coronavirus, et ce coupable est tout trouvé : "le juif", "les juifs" ou tout du moins des personnes catégorisées comme juives, souvent sur la base de leur simple nom de famille. Derrière les attaques se cachent régulièrement des soupçons complotistes, qui renvoient au fantasme d'une "communauté organisée" tirant les ficelles dans les coulisses du pouvoir. 

Face à cette parole antisémite qui se répand sur les réseaux sociaux, le Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme (BNVCA) a déposé depuis une semaine une douzaine de plaintes auprès du procureur de la République de Paris. Particulièrement visée, Agnès Buzyn n'a pas souhaité répondre à France Inter, sa conseillère presse précisant que la communication de l'ancienne ministre est "suspendue" le temps de la crise.

Youtube : des commentaires antisémites sous des vidéos vues des milliers de fois

Exemple flagrant sous une vidéo vue presque 170 000 fois et qui évoque le professeur Didier Raoult, convaincu que la chloroquine permet de traiter le Covid-19, l'ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn ainsi que son mari Yves Lévy, professeur immunologiste. Parmi les commentaires, certains très "likés" par les internautes comme celui-ci, qui emporte l'adhésion de plus de 250 personnes et donne lieu à une surenchère basée sur des "blagues" autour du "nez" :

-
- / Capture d'écran Youtube

Autre illustration sous deux vidéos du polémiste Dieudonné, vues plus de 200 000 fois, consacrées l'une à la chloroquine et l'autre au professeur Didier Raoult. Les commentaires sur un "ordre mondial" et un complot organisé abondent, et certains pratiquent un antisémitisme décomplexé sur la "haute sphère" ou "Israël" même si "heureusement", selon ces auteurs, "les choses sortent" :

-
- / Captures d'écran Youtube

Une vidéo complotiste sur le coronavirus, visionnée presque 24 000 fois, met elle en avant les responsables de la crise selon l'auteur : Jérôme Salomon, Agnès Buzyn et Yves Lévy. Sous la vidéo, plusieurs commentaires, certains "likés" une dizaine de fois, affichent des raisonnements encore une fois ouvertement antisémites : "La France a pour capitale Tel-Aviv", ou encore "Tu débarques mec ? La France c'est Israël".

Des caricatures conspirationnistes sur Twitter

Sur Twitter, Agnès Buzyn est particulièrement ciblée et même davantage : caricaturée. Sur des images relayées par des utilisateurs, l'ancienne ministre de la Santé est ainsi présentée avec un nez crochu outrancier, se frottant les mains comme si elle ourdissait un complot, ou encore en train d'empoisonner un puits, une accusation dont la communauté juive a été fréquemment la cible au Moyen-Âge et qui a mené à des pogroms (nous avons choisi de flouter la caricature).

Nous avons choisi de flouter la caricature.
Nous avons choisi de flouter la caricature. / Capture d'écran Twitter

Un autre tweet conspirationniste et antisémite, faisant toujours référence à ces puits, très relayé sur Twitter et depuis supprimé par son auteur, a été épinglé par Conspiracy Watch :

Une image a aussi circulé sur les réseaux sociaux, notamment Twitter, montrant Agnès Buzyn le visage déformé (image que nous choisissons de ne pas relayer), sur le modèle des caricatures antisémites des années 1930 avec le logo de la République française.

Facebook : l'antisémitisme assumé sur des groupes et dans des commentaires

Malgré la modération de Facebook, qui tente de supprimer les messages de haine quels qu'ils soient (racistes, islamophobes, homophobes, antisémites...), certaines saillies antisémites passent entre les mailles du filet. 

Ainsi, sous une publication très partagée, qui accuse Agnès Buzyn et Yves Lévy d’avoir saboté le travail de Didier Raoult et empêché l'usage de la chloroquine pour lutter contre l’épidémie, des utilisateurs de Facebook pratiquent un antisémitisme assumé et se répondent : "Encore une belle manip de la juiverie internationale, Lévy et tous ses amis", commente un utilisateur. "Tu es le premier à en parler, franchement bravo !", le félicite un autre. 

Certaines pages Facebook, également, qui comptent parfois plusieurs milliers d'abonnés, relaient des propos anti-juifs. Comme la page "Prions pour la paix dans le monde" (4300 membres), qui se fait écho de la charge haineuse d'une utilisatrice contre Agnès Buzyn, Yves Lévy et Jérôme Salomon, le directeur général de la Santé : 

-
- / Capture d'écran Facebook

Sur des forums, un antisémitisme teinté de complotisme

Sur certains forums, l’antisémitisme s’exprime de façon complètement décomplexée. C’est le cas, par exemple, dans certains messages mis en ligne sur le célèbre forum "18-25", hébergé par le site jeuxvideo.com. Un fil de discussion très populaire où l’antisémitisme est régulièrement épinglé et où la haine des juifs, mâtinée de théories complotistes, resurgit de plus belle à l’aune de l’épidémie

Cible privilégiée là encore : le couple formé par l’ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn et Yves Lévy. Auxquels s’ajoute parfois le directeur général de la Santé Jérôme Salomon. Dans ce flot de messages antisémites, plusieurs - que nous préférons ne pas citer ici - font référence aux camps de concentration.

WhatsApp : un message complotiste circule en chaîne

Enfin, sur la messagerie privée WhatsApp, un long message, également posté à de très nombreuses reprises sur Facebook, a circulé sous forme de chaîne. Il entretient la théorie d'un complot généralisé et reprend les thématiques évoquées précédemment à propos du coronavirus, désignant ainsi Agnès Buzyn et son mari comme responsables de la crise sanitaire.  

Capture d'écran.
Capture d'écran.

"Reprenons les faits, rien que les faits", insiste cette longue énumération de faits sans réel rapport et qui pointe notamment du doigt un conflit entre Yves Lévy et le professeur marseillais Didier Raoult. S'il n'est pas à caractère ouvertement antisémite, ce message évoque à plusieurs reprises le rôle censément joué par "Monsieur Levy", et vient valider pour certains internautes ce qu'ils auront pu lire par ailleurs. 

Une douzaines de plaintes déjà déposées par un observatoire

Le Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme (BNVCA) a bien repéré cette résurgence d'une haine des juifs sur internet en lien avec l'épidémie. Il a d'ores et déjà déposé une douzaine de plaintes en lien avec des contenus antisémites liés au Covid-19, fait savoir son président Sammy Ghozlan, joint par France Inter. 

"C’est apparu il y a une semaine, avec d’abord ce complotisme autour d'Agnès Buzyn, qualifiée "d’empoisonneuse de puits'", signale Sammy Ghozlan. "Nous déposons plainte systématiquement."

Une dizaine de personnes épluchent ainsi Internet à la recherche de messages pouvant tomber sous le coup de la loi. "Elles écument, vont un peu partout. Elles sont attentives à tout et nous préviennent immédiatement dès qu'elles considèrent que le post ou la photo est antisémite."

Dans l’une des vidéos antisémites qui nous a été signalée, il y a l’idée que les églises sont fermées, les mosquées aussi, et que seuls les Juifs sont autorisés à prier dans les synagogues. C’est faux : les synagogues sont fermées dans toute la France

Les plaintes sont déposées auprès du procureur de la République de Paris. "Ce serait bien que les enquêtes soient vite engagées, pour identifier et sanctionner leurs auteurs", presse Sammy Ghozlan. 

Le président du BNVCA épingle aussi une responsabilité selon lui des réseaux sociaux : "Ils ne modèrent pas du tout. Les fournisseurs devraient faire attention et mieux modérer. Cela encourage les uns et les autres à s’exprimer et à jeter leur venin. Ça se répand vite, tout le monde reçoit et transmet, c’est le virus de la haine anti-juifs."

La "résurgence d'une mentalité archaïque"

Comment expliquer ce déferlement antisémite sur les réseaux ? Le politologue et sociologue Pierre-André Taguieff, dans un long entretien au site Conspiracy Watch, décortique le phénomène.

"Dans la mise en accusation d’Agnès Buzyn, d’Yves Lévy et de Jérôme Salomon, dont la commune judéité est soulignée par les caricaturistes, la dénonciation complotiste s’entrecroise avec une incrimination de complicité dans une opération criminelle, dans laquelle on peut voir une forme dérivée de l’accusation de meurtre rituel. Résurgence d’une mentalité archaïque", explique M. Taguieff, également auteur de l'ouvrage "Criminaliser les juifs". 

Soit le retour d'un stéréotype en la figure du juif bouc émissaire : "l’hypothèse selon laquelle, dans les situations d’incertitude et de désarroi, lorsque se propage le sentiment d’une menace et que les explications officielles ne satisfont pas l’opinion, les Juifs sont accusés d’être liés d’une manière ou d’une autre au phénomène qui provoque des peurs, voire des paniques."

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.