Le 51e et dernier album de Johnny Hallyday sort ce vendredi. Considéré comme le disque le plus attendu de l'année, il est d'ores et déjà édité à 800 000 exemplaires. A minuit dans la nuit de jeudi à vendredi, plusieurs magasins ont ouvert leur portes, comme la Fnac des Champs-Elysées.

L'album a été tiré à 800 000 exemplaires au total
L'album a été tiré à 800 000 exemplaires au total © Radio France / Delphine Evenou

Quelques heures à peine après sa sortie, il est d'ores et déjà un succès commercial assuré : édité par sa maison de disques à 800 000 exemplaires, le tout dernier album du "taulier" est sorti ce vendredi. Mon pays c'est l'amour est le 51e album de Johnny Hallyday, enregistré quelques semaines avant sa mort. 

Environ 200 personnes ont fait la queue devant le magasin Fnac des Champs-Elysées
Environ 200 personnes ont fait la queue devant le magasin Fnac des Champs-Elysées © Radio France / Delphine Evenou

Pour cette sortie événement, quelques enseignes avaient exceptionnellement ouvert leurs portes dans la nuit de jeudi à vendredi pour que les fans les plus fervents puissent se procurer le précieux sésame dès minuit. C'était notamment le cas de la Fnac des Champs-Elysées, où quelque 200 fans voulaient être les premiers à avoir l'album entre les mains

1 min

"3, 2, 1... Johnny Hallyday !" : la sortie de l'ultime album de Johnny, sur les Champs-Elysées

Par Delphine Evenou
Nathalie et Bruno, premiers arrivés, premiers servis
Nathalie et Bruno, premiers arrivés, premiers servis © Radio France / Delphine Evenou

Certes, ce n'était pas la foule des grands jours, mais la ferveur était là. Après un compte à rebours, la première à avoir le disque entre les mains, c'est Nathalie, première arrivée avec son mari, habits de motards, grosses bagues aux doigts et grosses larmes sur les joues : 

"On est les premiers à l'avoir (...) ; on va l'écouter dès la voiture, on va monter à Marne-la-Coquette et l'écouter là-bas, pour être avec lui"

David et Laurent sont devenus amis, à force de se croiser lors des concerts e Johnny
David et Laurent sont devenus amis, à force de se croiser lors des concerts e Johnny © Radio France / Delphine Evenou

Laurent, croix autour du cou, le coeur aussi serré que le vinyle contre lui, se rappelle que "Johnny avait chanté entre violence et violons, moi c'est entre joie et tristesse", dit-il. "Joie parce qu'on va l'entendre, qu'on va découvrir ses derniers titres et toute la force qu'il y a mis ; tristesse, forcément, parce que ça marque un peu la fin, c'est un peu dur". 

"On sait tout ce qu'il a mis dedans, on sait comment ça s'est passé, sa voix est là, c'est un disque très fort", juge David, qui a déjà écouté l'album en entier au moment où il vient l'acheter. "C'est un album extrêmement rock, ça fait vraiment très bizarre mais très plaisir".

Le magasin avait mis en place une décoration spéciale pour l'occasion
Le magasin avait mis en place une décoration spéciale pour l'occasion © Radio France / Delphine Evenou

"Le fait qu'on puisse l'écouter alors qu'il est là-haut, c'est émouvant", affirme Eddy, qui tend l'oreille vers les enceintes mises en place dans le magasin. "Je ne ressens pas la maladie dans la voix, on reconnait bien Johnny", estime-t-il.

Un seul regret pour Dominique : que David, le fils de Johnny, n'ait pas eu un droit de regard sur l'album. Mais, pour elle, qu'importe : "Contrairement à certains fans qui ont dit qu'ils ne l'achèteraient pas parce que l'argent irait dans les poches de Laetitia, ce n'est pas ça qu'il faut voir. C'est l'album de Johnny, c'est son dernier, on n'en aura pas d'autre derrière".  

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.