Nés à peu près à la même période, Football et Cinéma possèdent une longue histoire commune, au travers de films très variés.

Ainsi, le premier film consacré au football, Harry the footballer , est une fiction britannique de 11 minutes tournée en .... 1911 !Il y a les films dont le sujet principal est le football (Coup de tête , A mort l'arbitre , The Damned United , Shaolin Soccer ....), les films ou le foot n'est présent que de manière anecdotique, mais déterminante. Qui a oublié le match de football opposant le Dynamo de Peppone à La Gaillarde de Don Camillo dans Le Petit Monde de don Camillo et une troisième catégorie, qui nous intéresse aujourd'hui : les films documentaires.

Pelé et François Reichenbach
Pelé et François Reichenbach © MaxPPP

Notre film du jour est présenté hors compétition au festival en 1977. Il est réalisé par François Reichenbach, le cinéaste qui depuis une vingtaine d'année a fait des films documentaires consacrés aux personnalités sa spécialité. La personnalité en question a remporté 3 coupes du monde, affiche 92 sélections en équipe nationale et a marqué 1281 buts marqués en 1363 matchs. Il se nomme Edson Arantes do Nascimento, mais le monde entier le connait sous le nom de Pelé.Pelé va passer moins de 48h à Cannes, mais ce seront 48h de folie.

Un jeune cannois, fan de foot, sans doute plus que de cinéma à l'époque, a eu la chance de croiser son idole. Et il avait toujours des étoiles dans les yeux en racontant cette anecdote

2'40

nagui

Pelé arrive à Cannes le 17 mai 1997 pour deux jours. Pendant ces quelques heures, il va enchainer les interviews, présenter le film, assister à la projection et donner le coup d'envoi d'un match de foot entre artistes et journalistes, deux équipes renforcées par quelques gloires du ballon rond comme Just Fontaine. Et tout au long de ces deux jours il déplace autant, sinon plus de fans que Brigitte Bardot ou Farah Fawcett.

Pelé France Soir
Pelé France Soir ©

"Les amateurs de football aiment bien suivre un match d'un bout à l'autre; ce n'était pas possible, et nous devons nous contenter des séquences ou Pelé marque des buts et applaudir. Ce film fait mal aux mains "

Pour lire cet article paru dans France Soir le 20 mai 1977

◄◄◄ cliquez sur l'article

Pelé au cinéma

A nous la victoire de John Huston (1981)Pelé interprète dans le film un certain... Luis Fernandez. Amusant, si l'on se souvient que "notre" Luis Fernandez, joueur de l'équipe de France, inscrivit le penalty décisif lors de la séance de tirs aux buts du quart de finale de Coupe du monde 1986 opposant les Bleus au... Brésil.Pelé Eterno , documentaire de Anibal Massaini Neto présenté en 2005 sur le grand écran du cinéma de la plage.Le 18 Mai 2005, Pelé est à nouveau sur la Croisette. Il assiste, en compagnie de Gilberto Gil, à la projection de "Peindre ou Faire l'Amour" d'Arnaud Larrieu, en compétition cette année là.

Pelé et Gilberto Gil
Pelé et Gilberto Gil © MaxPPP

Pelé - The Birth of a Legend , biopic de Michael Zimbalist et Jeff Zimbalist (2013)Le long métrage suit l'ascension du joueur depuis les bidonvilles de Sao Paulo jusqu'à la Coupe du Monde 1958, qu'il remporta à l'âge de 17 ans avec la Seleção.

Birth of a legend
Birth of a legend © Imagine Entertainment

►►► POUR ALLER + LOIN | > Abonnez-vous au fil de podcast "Spécial Cannes" Émissions cultes, pépites et grands moments. Téléchargez chaque jour des archives qui accompagnent et illustrent ce billet de blog

(en partenariat avec l'INA)Le masque et la plume - 2 émissions présentées par François-Régis Bastide

Radioscopie - Jacques Chancel reçoit Maurice Bessy, délégué général du Festival de Cannes de 1971 à 1977.

Cannes 1977

Le jury est présidé par Roberto Rossellini. Il est entouré, entre autre, des écrivains Benoîte Groult et Carlos Fuentes, du réalisateur Jacques Demy et de la comédienne Marthe Keller.

Marthe Keller et Roberto Rossellini
Marthe Keller et Roberto Rossellini © MaxPPP
**Le palmarès** Palme d'or : **Padre padrone** de Paolo et Vittorio Taviani.Prix du jury pour la première œuvre : **Les Duellistes** de Ridley ScottPrix d'interprétation masculine : **Fernando Rey** pour Elisa, mon amour de Carlos Saura Prix d'interprétation féminine (ex æquo) : **Shelley Duvall** pour Trois femmes de Robert Altman et **Monique Mercure** pour J.A. Martin photographe de Jean BeaudinPrix de la meilleure partition musicale : **Norman Whitfield** pour Car Wash de Michael Schultz Grand Prix de la Commission Supérieure Technique du cinéma français : **Car Wash** de Michael SchultzPrix de la Critique Internationale - F.I.P.R.E.S.C.I. : **Padre padrone** de Paolo et Vittorio Taviani. Egalement dans la sélection cette année là**L'ami américain** de Wim Wenders**La communion solennelle** de René Féret**La Dentellière** de Claude Goretta**Un taxi mauve** d'Yves Boisset**Une journée particulière** d'Ettore Scola
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.