de et avec Julie Delpyavec Chris Rock, Albert Delpy, Alexia Landeau, Alex Nahon, Dylan Baker, Kate Burton et Daniel BrühlMarion est désormais installée à New York, où elle vit avec Mingus un journaliste de radio, leurs deux enfants qu’ils ont eus de relations antérieures et un chat. Le couple est très amoureux ! Marion est toujours photographe et prépare son exposition. Son père, sa soeur et son petit copain (qui est en fait l’ex de Marion et qui n’était pas prévu du tout) débarquent à New York pour le vernissage.

Le choc des cultures mais surtout les personnalités débridées des trois arrivants vont provoquer un véritable feu d’artifice entre Mingus, un vrai "newyorker", Marion disjonctée sur les bords, son père qui ne parle pas un mot d’anglais, sa soeur toujours en phase avec ses problèmes freudiens, et son petit ami… no comment !

Après La comtesse en 2009 et Skylab l'an dernier, Julie Delpy a eu envie de revenir à la comédie sentimentale, un genre qui lui avait réussi quatre ans plus tôt avec 2 days in Paris , où elle donnait la réplique à Adam Goldberg. "Je me suis dit : pourquoi ne pas en faire une suite ? Mais je savais que je ne pouvais pas le faire avec le même acteur, parce qu’on penserait immédiatement à Before Sunset et Before Sunrise , (les deux films de Richard Linklater, qu’elle a interprétés et coécrits avec Ethan Hawke). Par respect pour ces films, et pour Richard et Ethan, je savais que je ne pouvais pas le faire comme ça."Du coup, fidèle à son habitude, Julie Delpy a passé environ un an à réfléchir à l’intrigue et à prendre des notes, pour esquisser la suite des aventures sentimentales de Marion. "Elle semble enchaîner les relations", souligne la réalisatrice. "Elle ne cherche pas à se marier, mais plus quelqu’un qui s’engage vraiment dans une relation complice et qui l’aide à trouver un sens à sa vie. C’est ce qui compte pour elle.""J’aime partir de la réalité – pas forcément d’un drame, mais d’une réalité précise", ajoute-t-elle. "Je choisis une thématique qui pourrait tourner au drame. Et ce n’est pas nécessairement une histoire amusante. Mais j’y introduis des situations et des personnages loufoques, et c’est ça qui suscite l’humour."

Chris Rock
Chris Rock © radio-france / Nicole Rivelli / Polaris

Avant toutes choses, la réalisatrice a commencé par chercher l’acteur qui allait interpréter le nouveau petit ami de Marion, mais cette démarche n’a pas pris longtemps. "Je me suis dit que je voulais un comédien qui tranche avec le premier film, et le premier nom qui me soit venu en tête a été celui de Chris Rock." Contrairement à ce qu’on pourrait penser, Julie Delpy ne tenait pas particulièrement à mettre en scène un couple mixte. "Ce n’était pas du tout dans mes intentions de départ, mais j’adore l’énergie qui émane de Chris. Il a un côté névrosé que j’aime beaucoup. Il y a une angoisse chez lui que je trouve attachante et qui – j’en étais convaincue – pouvait créer une dynamique intéressante dans le couple."

2 days in New York
2 days in New York © Radio France / Nicole Rivelli / Polaris

Après avoir choisi l’amoureux de Marion, Julie Delpy a fait appel à deux vieux copains, Alexia Landeau et Alex Nahon, pour coécrire le scénario avec elle. Ils avaient tous deux joué dans 2 days in Paris en incarnant respectivement les rôles de Rose, la soeur de Marion, et de Manu, son ex-petit copain. "Je connais Alex depuis l’âge de 19 ans, et Alexia depuis 14 ans." Les trois amis ont fini par écrire le scénario ensemble. "J’avais l’intrigue en tête, mais je ne voulais pas écrire le scénario toute seule", explique la cinéaste. "J’écris seule depuis très, très longtemps. J’adore écrire, mais quand j’écris seule, je m’enferme dans mon monde, c’est très obsessionnel. Comme si je me parlais à moi même. Mais quand j’écris avec quelqu’un d’autre, cela devient ludique. On se renvoie la balle. Bien entendu, je me débrouille toujours pour que mes idées se retrouvent dans le scénario final !""J’ai été élevée par un grand enfant", signale Julie Delpy en riant. "C’est une force de la nature. Je l’ai vu sur scène dans les années 70, où il faisait des trucs insensés dans des pièces délirantes. Je l’ai vu jouer des femmes, des toxicos… et j’en passe." La réalisatrice a écrit le rôle sur mesure pour son père (également à l’affiche du précédent opus). "Je le connais bien, et je sais de quoi il est capable. Je sais aussi ce qu’il faut faire pour qu’il aille là où je veux qu’il aille..."

2 days in New York
2 days in New York © radio-france / Nicole Rivelli / Polaris

Si Julie Delpy savait à quoi s’attendre de la part d’Albert, il n’en était pas de même de Chris Rock, bien au contraire ! "Je ne crois pas qu’il était vraiment préparé à jouer avec un acteur comme mon père", reconnaît la cinéaste. "Je voyais bien sur son visage qu’il se disait parfois : Qu’est-ce qui va se passer maintenant ? Mais on s’est tous beaucoup amusés."

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.