Le Mobile Film Festival a couronné hier le film Cercle Vicieux, de Sylvain Certain . Une minute pour raconter le désespoir d'une jeune fille piégée sur Internet. Le tout est filmé dans un plan séquence, qui gagne en intensité à chaque fois qu'un personnage intervient . Avec ce prix, l'auteur empoche la somme de 15 000 euros, et le soutien du Mobile Film Festival pour faire aboutir un court métrage.

Sylvain Certain avait déjà reçu l'an dernier le prix du Meilleur scénario avec Black out , ou comment une femme est prête à tout pour retrouver son téléphone portable. Les deux sujets sont traités en une minute, tournés sur smartphone, puisque c'est le principe même de ce festival.

Jean Pierre Jeunet
Jean Pierre Jeunet © Mobile Film Festival

Le cyberharcèlement, thème du suicide à cause des dérives d'Internet, choisi par Sylvain Certain cette année, s'inscrit parfaitement dans l'époque, et reflète le cru 2014 du Mobile Film Festival. Beaucoup de sujets morbides, violents ou au contraire complètement tournés vers la dérision, ont fait la sélection finale des 50 films du festival.

La réaction de Jean-Pierre Jeunet, le président du jury, sur le choix de Cercle Vicieux :

J'ai trouvé ça intelligent dans la manière, avec un vrai propos sur le fond, et astucieux du point de vue de la mise en scène.

Abd al Malik 2
Abd al Malik 2 © BCF / BCF

Pour Abd al Malik, membre du jury, Cercle Vicieux , correspond parfaitement à son époque :

Le palmares complet

Prix du Mobile Film Festival : Cercle Vicieux

Prix Spécial du jury : The Affairr éalisé par Vinamra Pancharia.

Prix de la Mise en Scène : Parking d’Alexandre Perez. Récompensé par franceinter.fr.

Prix de la Meilleur Actrice : Marie Lanchas , pour son interprétation dans C'est juste une fille , de Lionel Erdogan.

Prix du Meilleur Acteur : Arthur Dupont pour sa performance dans le grinçant J’irai mourir chez vous

Prix du Meilleur Scénario : Grégory Bendrihem pour Une Minute d'amour

Prix du Public , attribué par les Internautes ( 27.000 votes) : God is Dead de Sathapranavan Sathasivam.

Guillaume Renusson , le précédent gagnant, a présenté le court-métrage réalisé grâce au prix : Après les cours , raconte l'histoire d'un groupe de lycéens, dans un internat, autour d'un jeu morbide. Il montre à nouveau son talent de réalisateur sur des sujets touchant la jeunesse et ses angoisses, avec une grand soin apporté à l'image et à la mise en scène.

Rencontre avec Sylvain Certain : il a un an pour réaliser un court-métrage

Sylvain Certain
Sylvain Certain © Sylvain Certain

- Comment est né Cercle Vicieux ? racontez- le tournage L'histoire du film a germé dans mon esprit il y a deux ans, parce que j'ai été personnellement touché par l'histoire d'une jeune fille piégée sur Internet. Ce qui m'a frappé c'est le décalage entre l'acte, souvent pris comme à la légère, et les conséquences dramatiques qui peuvent en découler. Le tournage s'est faite de la manière la plus artisanale possible. J'ai tourné dans la chronologie de l'histoire, en montant chaque vidéo peu à peu, et en les re-flimant progressivement. Ceci à beaucoup servi les comédiens, qui se sont donc retrouvés exactement des les conditions réelles de l'histoire.- Réalisateur est-ce votre métier au quotidien ? Alors je dirais oui, mais séparé en deux parties: Je suis réalisateur de captation multi-caméras dans le domaine de l'institutionnel d'un côté (C'est ce qui me fait manger ! ), et réalisateur de fiction cinéma de l'autre (ça c'est pour la partie passion, ne désespérant pas de pouvoir en vivre un jour ! ).

- Quels sont vos sujets de prédilection ?

Globalement, ce qui m’intéressent le plus c'est l'évolution de l'humain au sein ou en marge de l'évolution de notre société. Après, le thème de la vengeance est également une récurrence inconsciente dans mes écrits. Faut-il y voir un lien?

- Quels sont les projets en cours ? Le projet le plus concret et immédiat, c'est l'écriture d'un scénario plus long. J'ai réalisé une quinzaine de films très courts (d'une à trois minutes) et me sens désormais plus que prêt pour développer mes histoires. Avec le prix que je viens de gagner je vais parmi toutes les histoires qui sont dans mes tiroirs celle qui méritera d'être développée.

Le choix de franceinter.fr

Parmi les 50 finalistes, franceinter.fr avait fait une sélection de 5 films : Cerlce Vicieux, Parking, Sissy in da Pouby, Selfie et A la recherche des couleurs. Parking a particulièrement retenu notre attention.

<img src="https://www.franceinter.fr/s3/cruiser-production/2014/02/c4b237a2-92fd-11e3-aa7d-782bcb6744eb/640_alexandre-perez.jpg" alt="Alexandre Perez" width="640" height="853" />
Alexandre Perez © Alexandre Perez

Je me nourris de ce qui m'entoure. Un trajet en RER, un échange de regards en soirée, une discussion animée, il y a parfois des situations du quotidien qui inspirent, dont on a l'envie soudaine de capturer. C'est peut-être cela être un réalisateur, c'est analyser et donner une vision du monde qui t'entoure. Alors oui, dans ce sens là, je « réalise » au quotidien. Il y a encore quelques mois j'étais étudiant dans une école de cinéma, puis je suis devenu stagiaire et je suis aujourd'hui assistant de production à De Films en Aiguille. Tout va très vite... J'aime ce que je fais, je lis des scénarios, je vois des projets se développer, je travaille avec des réalisateurs, j'assiste deux productrices.

Mais il est vrai que je cultive en dehors l'envie de réaliser. Alors, j'écris, j'imagine, j'en discute. J'ai commencé l'écriture d'un scénario, de quoi occuper les nuitées des semaines à venir. Dans l'histoire que j'écris actuellement - un aveugle de naissance retrouvant la vue grâce à un médicament miracle - j'évoque l'éducation d'un sens, de la découverte de son visage, des couleurs, au monde qui l'entoure fait d'apparences et de préjugés.

Jean-Pierre Jeunet, le président du Mobile Film Festival

Un concurrent exceptionnel s'est faufilé dans la sélection finale du Mobile Film Festival : Mathias Malzieu, ayant découvert le festival récemment a posté deux petits films, La fille qui disparaît quand on l'embrasse et Le plus petit film jamais recensé. Mathias , réalisateur de Jack et La Mécanique du coeur avait aussi rencontrer le président du jury du Mobile Film Festival.

Le Mobile Film Festival >

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.