Agnès Varda installe des miroirs sur la plage, entourée de ses assistants. Elle ressemble à une petite fille qui s'agite en construisant d'éphémères châteaux de sable, en famille.Au festival d'Avignon, Agnès Varda installe dans une chapelle ses photos en noir et blanc des années 40-50, époque TNP, et devant Jean Vilar, Gérard Philipe, Noiret ou Casarès, elle pleure ses morts, face caméra. Comédie ou émotion sincère?Dans un collage poétique exceptionnellement bien construit, la cinéaste raconte sa vie, ses films et les deux s'entremêlent. On ne sait plus distinguer la vérité de la fiction et il est beau ce cinéma qui réinvente, qui réécrit la vie. Petite et ronde, Agnès Varda, 80 ans, a le pas léger d'une danseuse. "Les Plages d'Agnès" est son chef-d'oeuvre.

Vous pouvez réécouter le "feuilleton Varda" .dans "Esprit critique" des 15, 16 et 17 décembre 2008.

Varda
Varda © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.