« Deux rouquines dans la bagarre », « Le Mariage est pour demain », « La Reine de la prairie », « La Perle du Pacifique sud », « Le Rubis du prince birman », « Tornade », « Quatre étranges cavaliers »… J’ai choisi de ne vous épargner aucun des titres de ce coffret DVD, puisque leur ringardise est inversement proportionnelle à l’intérêt cinématographique qu’ils représentent. En sachant que la plupart des titres originaux américains n’ont rien d’aussi ridicule… Que les choses soient claires, je ne connaissais pas Allan Dwan (1885-1981) avant de recevoir en provenance des très talentueuses éditions Carlotta ce coffret collector de 5 DVD pour ces sept perles hollywoodiennes. Mais qui donc est Dwan ? Sa carrière a commencé avec le muet (d’où une filmographie qui pourrait avoisiner les 500 films au total !) et s’est poursuivie jusqu’en 1961, date de son ultime film. Il avait décidé que sa vie serait liée au cinéma et qu’enchaîner les films, au risque de l’anonymat, était la bonne façon de faire, voire la seule. A priori, les films réunis ici sont des films de genre : westerns, films d’aventures, polars. A priori et en apparence : à les regarder, on s’aperçoit très vite que Dwan joue avec les codes établis et surtout change les tempos. A ces genres souvent XXL, il oppose tranquillement une mise en scène pure, presque minimaliste ou du moins proche de l’ascèse, ce qui à Hollywood revient à trahir et l’esprit et le lettre. Mais le résultat est d’autant plus séduisant : on se croit en terrain connu, voire rebattu, et tout à coup le western prend des allures de conte moral. A lire Serge Bozon dans le récent numéro des « Cahiers », il semble que Jean-Claude Biette ait travaillé sur un projet d'ouvrage intitulé « Inspection des Dwan » ! L’exercice, au delà de l’ironie, s’impose en fait vraiment tant il convient de percer à jour ce qui fait le charme souvent subtil des films de Dwan. Ils ont en commun leur fausse légèreté. Et une attention rare pour ce genre de cinéma aux décors et aux ambiances. On l’aura compris, ces films, même sur DVD, existent non comme des œuvres pour cinéphiles maniaques, mais pour eux-mêmes, tels q’ils se présentent à nous. J’avoue un faible pour « Deux rouquines dans la bagarre » (« Slighty Scarlet » dans le texte, si, si !) avec ses deux sœurs perverses et manipulatrices plongées dans l’univers de la corruption et de la pègre municipales. Un petit bijou noir et lumineux, véritable et séduisant OVNI.Et puis il faut saluer le travail éditorial de Carlotta qui aurait pu se contenter de sortir ces inédits en DVD . Mais non ! Chaque titre est relayé par d’importants bonus dont un passionnant dialogue entre Dwan et Peter Bogdanovitch qui court de film en film. C’est dire si leur (re)découverte est de toute première nécessité. Ce coffret y invite avec bonheur. On ne saurait trop le recommander comme un vrai cadeau, à faire à quelqu’un que l’on aime vraiment et pourquoi pas à soi-même (que l’on s’aime ou non, soit dit en passant !)Ah ! ça ira !La phrase de la nuit ?« L’un sans l’autre, ils s’ennuyaient et cet ennui était palpable. »Yves Navarre, « Le Jardin d’acclimatation »

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.