Dans "La Tête au carré", Mathieu Vidard recevait cette semaine l'astrophysicien Roland Lehoucq. Ce dernier a revisité scientifiquement, pour nous, quelques films mythiques de science-fiction : "Gravity", "Interstellar", "Alien", "Premier contact", "Seul sur Mars", "Star Wars".

Affiches des films décryptés scientifiquement par Roland Lehoucq
Affiches des films décryptés scientifiquement par Roland Lehoucq

Roland Lehoucq est astrophysicien au commissariat à l'énergie atomique et aux énergies renouvelables, professeur à l'école polytechnique et à Science Po et président du festival Les Utopiales. Il est aussi l'auteur, avec le paléontologue Jean-Sébastien Steyer, du livre La science fait son cinéma, dont il nous parle ci-dessous.

"On utilise ces œuvres comme prétextes pour parler de science" reconnaît l'astrophysicien... qui rappelle cependant rapidement :

La science-fiction est née d'une volonté didactique !

Roland Lehoucq explique : "Avec le Nautilus (20 000 lieux sous les mers, 1870), Jules Verne explique ce qu'il se passe au fond des océans, en même temps il explique comment fonctionne ce sous-marin".

Pour les auditeurs de France Inter, Roland Lehoucq est revenu à l'antenne sur six œuvres majeures du cinéma contemporain, qu'il a analysées scientifiquement. C'est pédagogique et passionnant… branchez vos écouteurs ! (et lisez son livre)

"Alien" de Ridley Scott (1979)

Roland Lehoucq :

On n'a pas tellement envie de discuter avec lui. Il a des griffes, il bave... et puis il y a un détail aussi : il n'a pas d'yeux. C'est inquiétant car s'il a des yeux, vous savez s'il vous regarde et où regarder . Et si vous voulez vous défendre, les yeux sont des parties sensibles. Contre Alien, qu'est-ce que vous pouvez faire ?

1 min

"Alien" de Ridley Scott vu par l'astrophysicien Roland Lehoucq

"Gravity" d'Alfonso Cuaron (2013)

Il n'y a presque aucune scène où les lois de la physique sont violées sans raison. 

Un exemple : "Les flammes de l'incendie sont tout à fait plausibles pour des flammes en apesanteur, sans la gravité qui règne à la surface de la Terre. Il y a plein de détails qui sont bien faits scientifiquement et qui, comme éléments de décor, auraient pu ne valoir l'effort d'être bien représentés."

3 min

"Gravity" d'Alfonso Cuarón vu par l'astrophysicien Roland Lehoucq

"Premier contact" de Denis Villeneuve (2016)

Une recommandation de physicien : si vous rencontrez des êtres qui maîtrisent la gravité, faites profil bas et assurez-vous qu'ils comprennent bien vos intentions et qu'en aucun cas vous passiez pour belliqueux parce qu'ils ont des moyens qui dépassent très largement les vôtres !

6 min

"Premier contact" de Denis Villeneuve vu par l'astrophysicien Roland Lehoucq

"Interstellar" de Christopher Nolan (2014)

Christopher Nolan a eu pour ce film les conseils d'un astrophysicien spécialiste de relativité générale, un des trois récipiendaires du prix Nobel de physique pour la détection des ondes gravitationnelles... Donc pas un guignol, si j'ose dire ! 

4 min

"Interstellar" de Christopher Nolan vu par l'astrophysicien Roland Lehoucq

"Seul sur Mars" de Ridley Scott (2015)

Tout est quasiment impeccable !

Le film est tiré d'un roman très technique bourré de détails, écrit par un ingénieur, Andy Weir. Mais avec toutes les qualités scientifiques du film, une question taraude tout de même Roland Lehoucq : "Question bonus : si Matt Damon consomme (pour faire de l'eau) l'oxygène qu'il a dans son habitat, qu'est-ce qu'il va respirer ?"

3 min

"Seul sur Mars" de Ridley Scott vu par l'astrophysicien Roland Lehoucq

"Star Wars" de George Lucas (1977)

► On vous en parle en longueur par ici ! Mais pour vous résumer en quelques mots les interrogations qui ont animées notre scientifique sur la saga : de quoi sont constitués exactement les sabres lasers ? Et combien consomment-ils ?

Aller plus loin

🎧 Ecoutez l'entretien complet de Roland Lehoucq dans La Tête au carré

📖 Le livre de Roland Lehoucq et Jean-Sébastien Steyer, La science fait son cinéma, est publié aux éditions Le Bélial.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.