D’accord, c’est vrai, je n’ai pas redit ici-même l’immense bien que je pense de deux films sortis la semaine dernière : « L’Etrange affaire Angelica » de Manoel de Oliveira et « Ha ha ha » de Hong Sang-soo. Mais tout fut écrit ici-même lors du dernier Festival de Cannes durant lequel ces deux filmas furent présentés. Que de dire de plus ? Qu’ajouter près d’un an après , sinon que le charme est intact et que ces deux OVNI ne cessent de nous émerveiller. Alors, s’il vous plait, courez voir et l’un et l’autre. Vous sortirez des deux projections dans un état second, avec la certitude absolue que là est le cinématographe. Avec ses mystères, ses corps qui volent, ses paroles infatigables, ses plans étranges. Avec ses auteurs, artistes hors des temps et des modes. Artistes universels à force d’être radicalement portugais pour l’un et indubitablement coréen pour l’autre.

Le rêve de l’etat est d’être seul alors que le rêve des individus est d’être deux

Allemagne neuf zéro

Jean-Luc Godard

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.