Pour commencer, une nouvelle : l’actrice Elsa Zylberstein vient de faire savoir qu’elle sera à l’initiative d’un « biopic » consacré à Arletty. Et maintenant la question : est-ce une bonne ou une mauvaise nouvelle ? Attendons de voir le résultat, diront les optimistes invétérés. Ma première réaction est malgré tout faite de lassitude : quoi ? encore une vie de star sur grand écran ? On risque sinon d ‘épuiser le filon du moins de fatiguer les spectateurs. Et puis avec Arletty, on est d’avance assuré d’un bon débat : comment sera abordé son histoire d’amour avec un officier allemand , alors même que cet épisode appartient à sa vie privée et non à sa vie d’actrice. On risque de nous faire le coup de fille publique/ femme publique.. Pas de procès d’intention ? D’accord ! Mais le plus sage ne serait-il pas de décréter une pause dans les tournages de « biopic » ? Il suffit d’aller voir « Dernier maquis », « La Vie moderne » ou « Home », par exemple, pour constater que la création originale se porte bien, sans « people ».La réalisatrice de l’émission me montre une publicité parue dans « Libération » pour l’excellent « Home ». Il faut se frotter les yeux : le nom de la réalisatrice Ursula Meier n’y apparaît pas ! On ose espérer qu’il s’agit d’une erreur d’impression. Mais, en l’état, cette pub fait peur, comme un roman dont on aurait gommé le nom du romancier. C’est d’autant plus troublant qu’avec « Home », de tout évidence, un auteur est né. Constater ainsi la disparition quasi « pérecienne » ou hitchcockienne de son patronyme au complet relève du cauchemar ! Il faut donc le proclamer haut et fort : Ursula Meier existe bel et bien (je l’ai rencontrée !) et le cinéma francophone devra désormais compter avec elle. Nom de nom !Ainsi va la vie : un nom apparaît (Arletty) et pour une fois avec cette actrice de génie, on aurait préféré le contraire. Un nom disparaît (Meier) et pour le coup, on s’en inquiète !La phrase du jour ? « A CHULA et Remington portable n° NC 69411 en parts inégales » Dédicace de William Irish pour son roman « La Mariée était en noir ».

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.