Si certains critiques au "Masque & la Plume" sont enthousiasmés par l'introduction très réaliste, d'autres ont plutôt été émus par les passages poétiques du film. Tous s'accordent sur le talent de Dupontel pour mettre en scène des personnages savoureux et complexes.

Albert Dupontel en soldat de l'armée française pendant la Grande Guerre
Albert Dupontel en soldat de l'armée française pendant la Grande Guerre © Gaumont Distribution

"Au revoir là-haut" est l'adaptation à gros budget par Albert Dupontel du roman de Pierre Lemaitre, prix Goncourt 2013… 

L'histoire est celle de deux poilus : l'artiste de bonne famille Edouard Péricourt (interprété par Nahuel Pérez Biscayart) et le petit comptable Albert Maillard (Albert Dupontel) dont l'amitié est née dans les tranchées, dans la même détestation d'un lieutenant-colonel Pradel (Laurent Lafitte). Après la guerre, Edouard (qui est une gueule cassée) et Albert (traumatisé) vont se venger de l'ingratitude de l'Etat en montant une escroquerie, assez astucieuse d'ailleurs, aux monuments aux morts, pendant que de son côté le lieutenant Pradel fait de juteux bénéfices en signant avec l'Etat un contrat pour transférer dans les cimetières militaires les dépouilles des poilus (en fait des cercueils remplis de terre et de cailloux, voire de soldats allemands).

Pierre Murat : "pas aussi enthousiaste que je m'attendais à l'être"

Ce qui est très curieux, c'est que ça démarre comme un film réaliste : les premières minutes (le conflit) est filmé à peu près comme Il faut sauver le soldat Ryan de Spielberg, et ensuite les scènes très impressionnantes où on voit la gueule cassée qui souffre, c'est presque du naturalisme. Ensuite, on part vers la fable…

Nahuel Pérez Biscayart est une fois de plus formidable ; on n'entendra jamais sa voix puisqu'il a la gorge emportée. On le voit uniquement par une série de masques qu'il s'invente et c'est la partie que je trouve la plus réussie du film parce qu'elle est poétique et inventive. Ces masques qu'il invente reflètent à la fois l'action, la psychologie et son état d'esprit. C'est une belle idée qui est menée jusqu'au bout avec un grand charme.

En même temps, il y a des moments qui sont un peu lents, pesants.

Image d' "Au revoir là-haut !" d'Albert Dupontel
Image d' "Au revoir là-haut !" d'Albert Dupontel / Gaumont Distribution

Nicolas Schaller : "Albert Dupontel a un don d'écriture des personnages"

Je trouve les vingt premières minutes formidables, toutes les scènes dans les tranchées, parce qu'il y a à la fois une ambition à la Sergio Leone de raconter les à-côtés de l'Histoire, ces espèces de personnages oubliés, et à côté il y a une envie d'aller du côté de Jeunet, de Tardi : une imagerie un peu plus lisse. 

Dès qu'Albert Dupontel s'arrête sur des scènes, c'est formidable. Il a un don d'écriture des personnages, une vision, ce mauvais esprit qui est toujours là et en même temps avec un talent de directeur d'acteurs... 

Il y a des moments de grâce à d'autres - et moi je suis moins convaincu par ces moments poétiques, ces hommages à Méliès où il ne s'arrête pas assez.

Danièle Heymann : "je dis "Bonjour là-haut !", et j'applaudis !"

Je trouve ça formidable parce que Dupontel n'a rien abdiqué de son humour mal-élevé dans une fresque tragique, ambitieuse et qu'il est presque lui-même étonné de pouvoir dominer cette expérience tout à fait nouvelle chez lui. 

Cette ambition est réussie : je dis "Bonjour là-haut !", et j'applaudis.

Laurent Lafitte dans "Au revoir là-haut !"
Laurent Lafitte dans "Au revoir là-haut !" / Gaumont Distribution

Sophie Avon : "On entend la rage de Dupontel"

J'ai vraiment été très surprise parce que ce n'est pas du tout ma tasse de thé, ce genre de film. J'aime pas les reconstitutions, les esthétiques un peu à la Jeunet, cette colorisation, j'aime pas les artifices, j'aime pas le grotesque mélangé à l'horreur... Et pourtant j'ai été bouleversée par le film

Je trouve qu'on entend la rage de Dupontel. Il arrive à faire entendre malgré la caricature et le grotesque la douleur de l'époque, les injustices universelles… avec des personnages qui sont super bien dessinés !

J'étais très dubitative et j'ai été emportée.

Nahuel Perez Biscayart présente son nouveau visage à Albert Dupontel dans "Au revoir là-haut !"
Nahuel Perez Biscayart présente son nouveau visage à Albert Dupontel dans "Au revoir là-haut !" / Jérôme Prébois / ADCB Films

Ecoutez

Ecoutez toutes les critiques échangées autour de ce film

Aller plus loin

Chaque dimanche à 20h, retrouvez les critiques du Masque et la Plume réunis autour de Jérôme Garcin pour parler cinéma, théâtre ou littérature...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.