En direct du Festival du cinéma américain de Deauville.

Fisrt Date
Fisrt Date © Richard Tanne

En direct du Festival du cinéma américain de Deauville, l'équipe du Masque et la Plume (Danièle Heymann (Marianne), Xavier Leherpeur (7ème Obsession), Pierre Murat (Télérama) Eric Neuhoff (Figaro), et Jérôme Garcin (L'Obs et France Inter) dézingue First Date.

Jérôme Garcin : on se croirait au Musée Grévin

Comme nous sommes au festival américain de cinéma de Deauville, j’ai choisi deux films qui ne sont pas programmés ici, mais qui sont sortis cette semaine. Le premier est un objet étrange qui s’appelle First date, c’est le premier film de Richard Tanne sur la rencontre à Chicago au cours de l’été caniculaire entre Barack Obama joué par Parker Sawyers qui est une copie conforme, à tel point qu’on se croirait au Musée Grévin et sa future épouse Michelle Robinson jouée par Tika Sumpter. Ils travaillent tous les deux dans un cabinet d’avocats, une pure comédie romantique. A la question : « êtes-vous tenté par la politique, Barack Obama répond : « peut-être »… On est à deux mois de l’élection américaine, cette hagiographie du président démocrate ne pourrait pas avoir d’équivalent en France.

Xavier Leherpeur : complètement inutile, tant sur le plan historique, que sur le plan politique que sur le plan cinématographique

C’est un film complètement inutile, tant sur le plan historique, que sur le plan politique que sur le plan cinématographique, il faut dire les choses comme elles sont ! Il commence comme un film de John Hughes dans les années 1980 avec Barack Obama qui écoute de la musique hyper cool au volant de sa vieille voiture défoncée. Il y a même un trou dedans. On a un générique comme dans Breakfast Club en rose bonbon. C’est super cool. Il va chercher Michelle. Mais elle le prend un peu de haut. Elle est rugueuse. C'est sa patronne et il est son stagiaire. Et elle, les blacks avec les blacks, ce n’est pas son truc. Mais lui, Barack, il a la conscience noire, alors qu’elle ne l’a pas. Ils vont passer la journée ensemble et sur leur parcours, il y a toujours une petite mémoire noire qui traîne : un titre de musique, il y a le tunnel des martyrs. A un moment, il y a une réunion où est question de black power, et ils terminent en regardant le film de Spike Lee Do the right thing. Ce n’est pas désagréable, mais il faut rappeler que Michelle, elle est structurée, et rigoureuse, ambitieuse… donc on doit comprendre que Barack va lui devoir sa carrière, mais en même temps, heureusement que Barack Obama était là pour lui rappeler sa couleur de peau… Le tout c’est que Barack devient président des États-Unis. Mais on s’en cogne !

Pierre Murat : "c’est d’une niaiserie, d’un ennui..."

c’est au-delà de ça. C’est irregardable. C’est nul. Si les vrais Michelle et Barack Obama ont vécu une journée pareille, ils auraient dû se séparer le soir et se dire adieu à jamais, et ne jamais se revoir. C’est une catastrophe ce qui leur arrive. C’est d’une niaiserie, d’un ennui. Ils sont pédants tous les deux. Ils font des discours doctes. Ils sont chiants. Ils feraient mieux de s’envoyer en l’air.

Daniel Heymans : "on assiste à une scène torride dans laquelle... ils lèchent leur glace au chocolat"

Comme elle est sa directrice de stage, elle dit : "mon stagiaire a de l’avenir", bien vu ! Au pique-nique, il lui offre de la tourte : "oh non, elle n’aime pas les tourtes, non je préfère la glace au chocolat", donc à la fin on assiste à une scène torride dans laquelle, ils mangent cette glace au chocolat. Elle lèche sa glace, il l’embrasse et il dit : "mon baiser a un gout de chocolat". Depuis cette date, il y a à Chicago une plaque commémorative : "ici a eu lieu le baiser au chocolat" de Barack et Michelle Obama.

Eric Neuhoff : "c’est un film inutile"

On aurait préféré la journée de Monica Lewinsky et Bill Clinton… Comme ça, au moins, un marchand de cigares aurait pu mettre une plaque. C’est un film inutile, mais pas méchant.

Écouter l'extrait :

►►► Ecouter l'émission du Masque et la plume du 5.09.2016

►►► La bande-annonce de First Date

Les autres films  :

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.