Pour contrer Netflix, la ministre de la Culture souhaite ramener le délai des films disponibles en VOD par abonnement à 24 mois après leur sortie en salle, contre 36 actuellement. La diffusion à la télévision pourrait en outre être avancée de deux mois.

Le gouvernement prépare sa riposte face à l'arrivée de Netflix. La start-up américaine et son service de films en streaming débarqueront à la mi-septembre dans l'Hexagone. Avec plus d'un milliard d'heures de programmes visionnés par mois outre-atlantique, cette arrivée inquiète les acteurs français de l'audiovisuel.

Dans une interview accordée ce matin au Figaro, la ministre de la Culture Aurélie Filippetti évoque son plan d'attaque. "Arnaud Montebourg et moi-même sommes engagés dans une stratégie de souveraineté culturelle et numérique de la France", annonce-t-elle.

Revoir les délais de diffusion des films

Aurélie Filippetti veut accélérer la diffusion des films de cinéma en VOD et à la télévision
Aurélie Filippetti veut accélérer la diffusion des films de cinéma en VOD et à la télévision © Radio France

Pour valoriser le cinéma "made in France", la ministre propose "d'avancer de deux mois la disponibilité des films à la télévision et, pour la vidéo à la demande par abonnement (SVOD), de ramener le délai après la sortie en salle à 24 mois, contre 36 actuellement".

Mais elle prévient : cela concernera uniquement "les services qui participent au financement et à l'exposition des oeuvres françaises et européennes".

Pour Maxime Tellier, Aurélie Filippetti veut ainsi obliger Netflix à financer le cinéma et les séries françaises

Plus de visibilité pour la VOD française

Autre idée pour contrer l'arrivée de Netflix : faciliter l'accès des internautes aux offres légales de VOD à la française.

Il faut promouvoir et développer l'excellence des acteurs hexagonaux dans le domaine de la vidéo à la demande (VOD et SVOD)

Pour cela, la ministre souhaite un "dispositif de référencement des sites de vidéos qui contribuent au soutien et à l'exposition de la culture française et européenne". Un appel à propositions sera lancé dès la rentrée.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.