Attendu par des fans survoltés, "Avengers: Endgame" vient conclure ce mercredi plus de dix ans d'une saga entamée avec "Iron Man" et qui n'a cessé d'agréger de nouveaux personnages à chaque nouveau film. Le final est à la hauteur de ce qui a été érigé depuis dix ans et pas sans surprises. Article garanti sans spoiler !

Armures d'Iron Man et War Machine.
Armures d'Iron Man et War Machine. © Radio France / Olivier Bénis

Disons-le tout de suite : il est presque impossible de parler de quoi que ce soit dans "Avengers: Endgame" sans spoiler (divulgâcher, diraient nos amis québécois) un élément clé du film, tant cet opus final en regorge. Voici donc ce qu'on peut vous dire de ce film : la Veuve Noire (Scarlett Johansson) mange un sandwich au beurre de cacahuètes à un moment du film. Bruce Banner (Mark Ruffalo), quant à lui, mange un taco. Et les personnages roulent tous en Audi, le constructeur allemand ayant certainement payé un bon pactole pour ce placement de produit (et pour inviter Brie Larson, alias Captain Marvel, dans une pub désopilante).

Et... voilà. Pour ne pas vous gâcher l'intrigue du film, on ne vous en dira pas plus.

Ce que l'on peut dire, en revanche, c'est que "Avengers: Endgame" arrive onze ans après le premier film du MCU (Marvel Cinematic Universe), "Iron Man", qui en 2008 avait posé les bases d'un monde dans lequel des super-héros de tout bord allaient devoir coopérer pour protéger le monde. Qu'au fil des années, de nouveaux personnages sont arrivés, sur Terre (Captain America, Hulk, Thor) ou dans l'espace (Les Gardiens de la Galaxie). Et qu'à plusieurs reprises, ils se sont retrouvés pour de grands affrontements, le nombre de combattants gonflant à chaque épisode, jusqu'à Captain Marvel, introduit dans le tout dernier film sorti le mois dernier.

Grand spectacle

Dans "Avengers: Infinity War", ce rassemblement atteignait son "climax" : tous les personnages des films précédents, y compris ceux qui ne se connaissaient pas jusqu'alors, devaient affronter Thanos, le grand méchant de la saga, à la recherche de gemmes, les Pierres d'infinité, lui conférant un pouvoir absolu. À la fin de ce dernier opus, d'un claquement de doigts, Thanos anéantissait la moitié de l'univers... et donc de notre groupe de héros.

C'est là que commence "Avengers: Endgame". D'une durée de 3h02, c'est le plus long des films de toute la saga, et l'un de ceux dont le secret a été le mieux préservé : du montage des bande-annonces jusqu'à une lecture très partielle des scénarios par les acteurs, tout a été fait pour que rien ni personne ne ruine la surprise. Cette surprise, les fans de la série la découvriront dès ce mercredi avec plaisir, tant le film est un divertissement de haute voltige.

Personnages moins creusés

Les spectateurs les moins chevronnés regretteront peut-être le fait qu'en tant que final de cette saga, il est moins accessible à un public qui n'aurait pas vu les épisodes précédents - plus on a avancé dans le Marvel Cinematic Universe, plus il est devenu difficile d'attaquer un film en étant vierge de toute connaissance sur ceux qui ont précédé. 

Autre regret : c'est sans doute dans ce film que la psychologie des personnages est la moins développée. Et pour cause : tous ont déjà été introduits à un moment ou à un autre de la saga. Et si "Avengers: Infinity War" a souvent été considéré comme le film de Thanos, celui où l'on découvrait le caractère et les failles de ce personnage, "Avengers: Endgame" est le film de tout le monde et personne à la fois. Caractéristique inévitable d'un film qui se veut le final de dizaines d'histoires entamées ces dernières années.

Pour le reste, le grand spectacle est au rendez-vous pendant ces trois heures, que l'on ne voit pas passer. Les effets visuels sont de plus en plus bluffants, les dialogues (quoique parfois un peu longs) maintiennent le spectateur en haleine, l'humour caractéristique des films Marvel est toujours présent. La promesse est tenue : "Avengers: Endgame" est un divertissement de haute voltige, à la hauteur de la saga la plus démesurée de l'histoire du cinéma, dont il achève un vaste cycle.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.