Avril et le monde truqué - affiche
Avril et le monde truqué - affiche © Radio France

Sortie en salles de « Avril et le monde truqué », un bijou de film d’animation inspiré par l’univers et les dessins de Jacques Tardi.

C’est une première : un dessin animé réalisé à partir de l’univers graphique reconnaissable entre mille deJacques Tardi . Tout est parti de l’envie du scénaristeBenjamin Legrand d’imaginer une histoire pour son ami auteur de BD. Les deux hommes se connaissent depuis leur travail en commun sur l’album Tueur de cafards en 1984.

Après l’abandon d’un premier projet sur 1914-1918 (LE grand sujet de Tardi), Benjamin Legrand lui a concocté un scénario sur mesure : une histoire qui mêle inventions techniques, personnage féminin charismatique, Paris du début du XXe et anticipation.

Un projet qui a séduit le dessinateur :

On peut dire qu’Avril est la petite sœur d’Adèle Blanc-Sec

Jacques Tardi :

Nous sommes en 1941, sous le règne de… Napoléon V ! L’humanité, privée de scientifiques depuis de nombreuses années, n’a pas évolué comme nous l’avons appris dans les livres d’histoires :faute d’inventions, le monde est resté bloqué à l’âge de la machine à vapeur et du charbon.

Dans ce monde gris, on suit le parcours d’Avril, une adolescente qui, avec son chat Darwin, part à la recherche de ses parents, deux scientifiques qui ont mystérieusement disparu. Le film est une réflexion sensible et ludique sur l’usage de la science et du progrès technique.

Ce dessin animé, qui a obtenu le Cristal du long métrage au dernier festival du film d’animation d’Annecy , tient toutes ses promesses. On se prend au jeu de la course-poursuite entre Avril et ses ennemis. On apprécie l’humour des dialogues et des voix (mention spéciale à Philippe Katerine dans le « rôle » du chat Darwin, et à Jean Rochefort pour sa composition de grand-père malicieux). On savoure les clins d’œil à l’univers de Jacques Tardi (guettez l’apparition d’Adèle Blanc-Sec…) et, surtout, on retrouve avec plaisir son graphisme, même s’il a été un peu simplifié.

Jacques Tardi :

Il faut accepter que son dessin subisse un certain nombre de transformations parce qu’il va être appelé à être multiplié à l’image. Dans mes dessins, par exemple, je ne m’occupe pas du regard de mes personnages. Mais dans le film, on ne pouvait pas s’en passer parce que le regard va contribuer à exprimer une émotion.

Pour la représentation du téléphérique, il a fallu résoudre un certain nombre de problèmes pour donner l’impression qu’il fonctionnait à la vapeur… Le téléphérique a été conçu en 3D, parce que même si on ne le voit pas beaucoup, on va tourner autour.

Pour cette première adaptation de son univers en dessin animé, le dessinateur a confié une sorte de storyboardà Christian Desmares . L’animateur a relu toute l’œuvre de Tardi, et beaucoup discuté avec lui avant de choisir parmi ses différents types de dessins :

J’ai choisi l’option « couvertures de bande dessinée » commeLe Cri du peuple ,Le Der des ders , ou les Nestor Burma (120 rue de la gare, Brouillard au pont de Tolbiac …) : elles sont plus travaillées avec un lavis et de la matière. Cela me paraissaît assez riche graphiquement, et intéressant sur le plan cinématographique. Ce sont des images très contrastées qui correspondent bien au cinéma qui inspire Tardi : les films des années 1940, les polars noirs et l’expressionnisme allemand.

Bonus :

Jacques Tardi commente la scène ci-dessous :

Au départ, on fait un plan. Il faut respecter la topographie, l'échelle...

Un autre extrait d’Avril et le monde truqué :

Avril et le monde truqué , un film écrit par Benjamin Legrand, et Franck Ekinci, réalisé par Christian Desmares et Franck Ekinci d’après l’univers graphique de Jacques Tardi. En salles le 4 novembre.

Aller + loin :

L'histoire d'un monde truqué
L'histoire d'un monde truqué © Radio France

À signaler le beau livre : L’histoire d’un monde truqué de Jacques Tardi et Benjamin Legrand chez Casterman sur les coulisses de l’aventure. Et aussi, dans l’actualité, une vente aux enchères chez Artcurial des œuvres de Jacques Tardi, et toujours d’après son univers graphique, une nouvelle aventure de Nestor Burma : Micmac moche au Boul’mich dessiné par Barral, chez Casterman.

►►► I L'exposition surAvril et le monde truqué aux Arts et métiers jusqu'au 6 mars 2016

Et aussi :

Jacques Tardi dans Le Nouveau rendez-vous de Laurent Goumarre en octobre 2015

Jacques Tardi au micro d'Augustin Trapenard dansBoomerang

Tardi et la Grande guerre au micro de Frédéric Mitterrand sur France Inter

Tardi à propos de StalagIIB

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.