Le festival de cinéma a décerné l'Ours d'Or à "On body and soul", de la Hongroise Ildiko Enyedi. Le Finlandais Aki Kaurismäki a lui été sacré meilleur réalisateur. Écoutez-le !

Aki Kaurismäki, sacré meilleur réalisateur à la Berlinale 2017
Aki Kaurismäki, sacré meilleur réalisateur à la Berlinale 2017 © Reuters / POOL New

Une histoire d'amour dans un abattoir, entre un homme et une femme qui ne parviennent à communiquer que dans leurs rêves : "On body and soul" avait de quoi captiver le jury et son président, le néerlandais Paul Verhoeven. "Le jury est tombé amoureux de ce film", a-t-il lancé, "non seulement grâce à ses qualités mais aussi car il nous rappelle un mot que nous utilisons parfois trop facilement : la compassion."

La réalisatrice Ildiko Enyedi a elle profité de cette occasion pour évoquer la situation en Hongrie, une situation "de plus en plus absurde" sous la présidence de Viktor Orban, où les artistes restent toutefois protégés par "un havre", l'organisme national de soutien du cinéma. Cela faisait 18 ans qu'elle n'avait plus tourné de long-métrage.

Aki Kaurismäki et les réfugiés : "J'ai honte d'être Européen"

Grand favori pour l'Ours d'or avec "L'autre côté de l'espoir", le cinéaste finlandais a finalement obtenu le prix du meilleur réalisateur. Il racontait l'histoire d'un migrant syrien échoué à Helsinki, aidé par un restaurateur local.

Un sujet essentiel, pour Aki Kaurismäki. Laure Adler l'a rencontré pour "L'Heure Bleue" sur France Inter, et il porte sur l'Europe et le rôle politique du cinéma un regard très pessimiste.

En fait, j'ai honte d'être Européen, nous avons perdu notre fierté, et ça me fait de la peine. Je n'y peux rien... Je n'ai pas confiance dans le cinéma, mais pour être honnête, je n'ai pas confiance en moi-même non plus... J'ai confiance dans le vin blanc.

► ÉCOUTER | Un extrait de L'Heure Bleue : interview complète dans l'émission du 16 mars 2017

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.