Un film de Diao Yinanavec Liao Fan, Gwei Lun Mei, Wang Jingchun, Yu Ailei, Wang Xuebing

En 1999, un employé d’une carrière minière est assassiné et son corps dispersé aux quatre coins de la Mandchourie. L’inspecteur Zhang mène l’enquête, mais doit rapidement abandonner après avoir été blessé lors de l’interpellation des principaux suspects.Cinq ans plus tard, deux nouveaux meurtres sont commis dans la région, tous deux liés à l’épouse de la première victime. Devenu agent de sécurité, Zhang décide de reprendre du service.Son enquête l’amène à se rapprocher dangereusement de la mystérieuse jeune femme.

"J’ai toujours aimé les histoires policières, et plus particulièrement celles qui s’inscrivent dans le quotidien de gens ordinaires. Depuis très longtemps, je voulais faire un film de la sorte.La Chine d’aujourd’hui n’arrête pas de changer. Il s’y passe des choses incroyables. Certains crimes peuvent sembler absurdes, et pourtant ils sont le reflet de la réalité. Des faits anodins, en apparence insignifiants, peuvent avoir des conséquences énormes.Je voulais réaliser un polar qui soit une peinture de la Chine contemporaine. Mon but n’était pas seulement d’imaginer une intrigue, d’y apporter une réponse, mais également de restituer au plus près ce qui constitue notre nouvelle réalité.Le film s’articule autour d’un meurtre particulièrement violent et de son auteur insaisissable. Le récit met en lumière un individu en guerre contre lui-même et son chemin vers l’épanouissement et la rédemption.L’indécision, la lâcheté, la traîtrise, la soumission aux normes sociales… Autant de faiblesses causées par la passivité et la négativité du coeur humain. Elles peuvent assombrir l’esprit de chacun, mais être aussi une source d’humanité. "Diao Yinan a choisi de situer son film loin des grandes mégalopoles que sont Shanghai et Pékin, dans une ville de province."J’aime les petites villes, les endroits isolés plus que les grandes mégalopoles. Le changement est moins rapide en province, le passé et le présent peuvent y coexister plus longtemps. Du coup, la mémoire des lieux devient un véritable atout qui facilite mon travail et ma réflexion. Si j’avais voulu faire un thriller gothique, j’aurais choisi un endroit désolé, un lieu décadent, mystérieux et sauvage. Je ne pense pas que cela aurait fonctionné si j’avais ancré Black Coal dans une grande ville cosmopolite. J’ai fait le choix de l’authenticité et je ne le regrette pas ! "

Le film a été récompensé au dernier festival de Berlin : Ours d'Or du meilleur film et Ours d'Argent du meilleur acteur.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.