Blaise Cendrars
Blaise Cendrars ©

Le cinéma a 120 ans. Pendant que le festival de Cannes déroule la sélection de films de sa 68e édition, florilège de citations sur le 7e art.

Qu'ont-ils dit de cet art nouveau, ceux qui l'ont vu naître, cinéastes ou non ?

Le poète et écrivain Blaise Cendrars a eu des rapports divers avec le cinéma. Il s'y est essayé lui-même en tant qu''acteur ou réalisateur et il en a connu quasiment tous les arcanes. Car il a été reporter explorant Hollywood et sa production, et auteur deHollywood La Mecque du cinéma (1936). Fasciné dans un premier temps, il finit en 1950 par décréter qu'il y a entre lui et le cinéma "incompatibilité d'humeur".

En 1912, ce voyageur invétéré est à New York et il écrit dansNew York in flashlight :

J’ai été en traitement chez un Cinématographe. Depuis lors je me suis procuré un appareil. Je l’emploie souvent. Surtout le soir, quand j’ai vainement peiné sur un poème et que les rimes ne viennent pas. L’appareil crépite. Le film ronronne. Les images pleuvent.Le cerveau se gonfle à la pluie. Les nerfs se détendent. Le cœur s’apaise. Les scènes défilent, me cinglent, comme les flagelles glacés des douches. La vulgarité de la vie quotidienne me régénère. Je ne poursuis plus de chimères. Je ne rêve pas. Pas de métaphysique. Pas d’abstraction. Les mâchoires se décrochent. Je ris, en équilibre dans un fauteuil. Pour cinq sous ! C’est mon hygiène d’homme-de-lettres trop aigri. Le Cinématographe est mon hydrothérapie .

Blessé au bras droit lors de la première guerre mondiale, Blaise Cendrars devient "poète de la main gauche" et écrit des pages remarquables sur la guerre.

Blaise Cendrars,(1887-1961) - Cité dans Naissance d’un art 1895-1920 textes choisis par Daniel Banda et José Moure (Flammarion, 2008 – coll. Champs arts n°798)

__

Avec Colette Ducarre et la Bibliothèque de Radio France

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.