Que vaut ce film d'Anne Fontaine au casting exceptionnel, tant à l'écran (Lou de Laâge, Isabelle Huppert, Charles Berling, Benoît Poelvoorde…) qu'à la réalisation (Pascal Bonitzer, Yves Angelo…). Les critiques du "Masque" sont très partagés sur cette lecture parodique et détournée du fameux conte des frères Grimm.

Lou de Laâge dans "Blanche comme neige" d'Anne Fontaine (sortie le 10 avril 2019)
Lou de Laâge dans "Blanche comme neige" d'Anne Fontaine (sortie le 10 avril 2019) © Mandarin Production - Gaumont - Emmanuelle Jacobson-Roques

Le film résumé par Jérôme Garcin

Tout commence dans un palace où la jolie Claire, c’est Lou de Laâge, dont s’éprend Charles Berling, suscite la jalousie et la colère de Maud, sa belle-mère et gérante de l’hôtel, Isabelle Huppert. Cette dernière commandite le meurtre de Claire, qui se réfugie dans une maison du Vercors, où elle va séduire plusieurs hommes, sept au total, comme les nains : les jumeaux Damien Bonnard, le violoncelliste Vincent Macaigne, le libraire sado-maso Benoît Poelvoorde, le prêtre motard québecois Richard Fréchette
Pendant ce temps-là, la marâtre Huppert n’a qu’un objectif : avoir la peau de  Lou de Laâge, qui n’en finit pas de découvrir le plaisir et le désir, à l’ombre du sanctuaire de La Salette. Le scénario est cosigné Pascal Bonitzer, la photo très soignée est d’Yves Angelo, la musique de Bruno Coulais et le film est découpé en trois chapitres, comme un conte, mais pour adultes

Jean-Marc Lalanne ne comprend pas pourquoi ce film existe

JML : C'est vraiment une catastrophe de mon point de vue. L'affiche est impressionnante : Angelo, Bonitzer… il y a que des gens extrêmement talentueux. Le casting est vraiment fou, il y a une partie des meilleurs acteurs français contemporains… pour un projet d'une inanité absolue. 

Ce n'est pas le premier film d'Anne Fontaine que je trouve faible, mais celui-là je ne comprends même pas quel est le projet. C'est vraiment d'une incongruité totale. Pourquoi relire du Blanche-Neige à l'aune du contemporain si c'est pour faire un film tellement peu marqué par la réflexion contemporaine sur la condition féminine ? Le film tombe complètement à côté de la plaque sur cette question-là. 

Cette espèce d'injonction que Blanche-Neige est totalement libérée sexuellement, je ne vois pas ce que ça raconte du tout.
Je ne comprends pas pourquoi ce film existe.

Pour Danièle Heymann, le film est inabouti

DH : Oui c'est un peu laborieux

Nettoyage à sec d'Anne Fontaine était d'une très belle perversité, Les Innocentes était d'une audace bouleversante… Anne Fontaine ce n'est pas n'importe qui. Là, elle s'empare d'une version contemporaine d'un conte de Grimm : pourquoi pas ? Mais elle ne va pas du tout au bout de son intention. 

Il y a à la fin une danse étrange, un peu lascive, entre la marâtre et sa belle-fille : ç'aurait été plus intéressant si la marâtre, poursuivant de sa haine sa belle-fille en était amoureuse. Il y a quelque chose là qui manque.  

Lou de Laâge est ravissante… so what ?

Isabelle Huppert et Lou de Laâge
Isabelle Huppert et Lou de Laâge / Mandarin Productions - Gaumont - Emmanuelle Jacobson-Roques

Pierre Murat a vraiment aimé

PM : Je trouve ça vraiment bien. Il faut prendre le film pour ce qu'il est : une parodie amusée, amusante, avec une actrice formidable amusante. 

Lou de Laâge est magnifique

J'aime beaucoup cette façon d'amener cette haine de la marâtre pour sa belle-fille (un hommage évidemment aux Dames du Bois de Boulogne de Bresson puisqu'Isabelle Huppert fait semblant d'être indifférente à un homme qu'elle aime, qu'elle lui dit "Je crois que je suis lasse de toi" ; il dit "ça tombe bien, moi aussi, je ne voulais pas te le dire" : c'est exactement ce que faisait Maria Casares). Donc c'est à la fois cinéphile et drôle.

Et moi j'aime bien cette femme qui, justement, découvre la liberté et le sexe. Quand aux hommes je les trouve absolument formidables. C'est un film modeste, drôle, plutôt inventif, très classique au niveau de la forme.

Pour Eric Neuhoff, le film est un ratage complet

EN : Les Grimms ne paient pas. C'est affreux. Si j'ai bien compris, c'est Blanche-Neige qui se tape les sept nains ! Ça vaut le coup d'échapper à une tentative de meurtre parce que tout à coup elle veut coucher avec la terre entière.

Lou de Laâge est très bien, très belle, elle sauve un petit peu le film. Charles Berling en beau-père un peu lubrique, à la Michel Bouquet dans le films de Chabrol de l'époque n'est pas mal, mais c'est écrit avec une truelle ! Une fille de 17 ans qui dit à son partenaire "Je suis une page blanche". Qu'elle le reste ! Personne ne dit ça ! 

Le film est terrible ; c'est un ratage complet ! Pourquoi faire ça ?

Aller plus loin

Sortie en salles le 10 avril 2019

Écoutez l'ensemble des critiques échangées à propos de ce film sur le plateau du Masque et la Plume... 

8 min

"Blanche comme neige" d'Anne Fontaine : les critiques du "Masque & la Plume"

Chaque dimanche à 20h, retrouvez les critiques du Masque et la Plume, réunis autour de Jérôme Garcin pour parler cinéma, théâtre ou littérature.

À noter que d'autres critiques de films du Masque et la Plume sont à retrouver ici !

Benoît Poelvoorde sous le charme de Lou de Laâge
Benoît Poelvoorde sous le charme de Lou de Laâge / Mandarin Production - Gaumont - Emmanuelle Jacobson-Roques
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.