Une auditrice me fait remarquer par un courrier qu'en matière de DVD, j’ai trop la religion des bonus (« boni » dixit Varda). Elle me fait le reproche de stigmatiser des éditeurs qui, tels René Chateau Vidéo pratiquent allègrement la politique du zéro bonus. Elle me fait ainsi valoir que ce qui lui importe en premier lieu ce sont les films et non les commentaires et autres scènes coupées. Dont acte. Je dois cependant avouer que certains boni me restent en mémoire comme ces « Parrain » commentés intégralement par Coppola : une leçon de cinéma en direct avec les images du film à l’appui, ce n’est plus un bonus, c’est un luxe ! Il me semble qu’au regard des prix élevés pratiqués par l’industrie du DVD et notamment en ce qui concerne les films du patrimoine, la moindre des choses est d’ « offrir » aux acheteurs-cinéphiles » de quoi contenter leur appétit de savoir. Est-ce vraiment scandaleux ? Non, évidemment. Alors, on est un peu outré quand Monsieur René Château se permet par exemple de sortir « Une journée particulière » de Scola sans l’ombre d’un bonus et dans une seule version : la version française et non la VO sous-titrée. De qui se moque-t-on ? Assurément du consommateur puisque ce DVD était de plus vendu au prix fort , sans la moindre ristourne. Cet éditeur (dont soit dit au passage, j’achète les DVD, ce qui au moins rend ma parole à son égard totalement libre : je ne lui dois rien et surtout pas de service de presse…Lui d’ailleurs ne me doit rien non plus, donc tout va bien !). Tel est la politique de cet éditeur : sortir des films souvent introuvables, il faut lui reconnaître ce mérite, mais dans des présentations calamiteuses et au prix fort. On aimerait un peu moins de DVD mais un peu mieux édités ou bien alors un prix au format poche ! Au fond continuer d’acheter et de regarder les DVD de cet éditeur sans scrupule excessif, c’est tout simplement avouer qu’il n’y pas d’amour du cinéma mais qu’il n’y a que des preuves d’amour du cinéma ! L’intérêt non démenti pour les productions de René Château Vidéo en font partie intégrante ! Que voulez-vous le type qui a édité en DVD « Un revenant « de Christian Jaque avec Louis Jouvet ne peut pas être, à mes yeux du moins, foncièrement mauvais.Alors les DVD avec ou sans bonus ? Pas plus que n’existe la « vraie » recette du Pastis, pas plus il n’y a de définition de ce qu’est un « bon » DVD. Ah ! ça ira !La phrase de la nuit ?« Il faut que tu m’écrives les regards »Claude Sautet à Jean-Loup Dabadie au cours de l’écriture des « Choses de la vie »

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.