Or donc, s'il vous plait, si vous m'en croyez et si vous ne le faites pas gare à vous, précipitez-vous pour aller déguster en salles le moyen métrage de Guillaume Brac avec Laure Calamy, Constance Rousseau et Vincent Macaigne dans les rôles principaux : UN MONDE SANS FEMMES.

Affiche Un monde sans femmes
Affiche Un monde sans femmes © NiZ!

Ceux qui suivent un tant soit peu (!) savent que j'ai déjà dit ici même tout le bien que je pense de ce premier film qui sort accompagné d'un court métrage du même auteur avec le même acteur. Pourquoi ? Parce que cela faisait un temps certain que n'avait pas soufflé au cinéma cet air pur de liberté réjouissante. Il flotte du côté des falaises d'Ault comme un vent dont Jacques Rozier serait l'inspirateur premier. Un bon conseil : si le cinéma le plus près de chez vous ne passe pas UN MONDE SANS FEMMES, réclamez-le à cor et à cri. Jusqu'à ce que Sylvain, Juliette et Patricia vous apparaissent tout en grâce, en charme et en fragilités. Vous irez alors au devant d'eux et vous entrerez dans le miroir. Et vous serez chez vous.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.