Un film de Noémie Lvovskyavec Noémie Lvovsky, Samir Guesmi, Judith Chemla, India Hair, Julia Faure, Yolande Moreau, Michel Vuillermoz, Denis Podalydes, Jean-Pierre Léaud et Vincent Lacoste

Camille a seize ans lorsqu’elle rencontre Eric.Ils s’aiment passionnément et Camille donne naissance à une fille…25 ans plus tard : Eric quitte Camille pour une femme plus jeune.Le soir du 31 décembre, Camille se trouve soudain renvoyéedans son passé.Elle a de nouveau seize ans. Elle retrouve ses parents, ses amies,son adolescence… et Eric.Va-t-elle fuir et tenter de changer leur vie à tous deux ?Va-t-elle l’aimer à nouveau alors qu’elle connaît la fin de leur histoire ?

Le film a été présenté en Clôture de la Quinzaine des Réalisateurs 2012.

Le coup de coeur d'Eva Bettan

La critique de Vincent Josse dans le Carrefour de la culture du 14 septembre

Pour raconter le voyage dans le temps de Camille, Noémie Lvosky a accepté d'être à la fois devant et derrière la caméra : "C’est d’abord Jean-Louis Livi, le producteur, qui a voulu que je joue Camille. Il a insisté avec beaucoup de délicatesse et d’acharnement. Il m’a demandé de me faire passer des essais avant de rencontrer d’autres comédiennes. C’est ce que j’ai fait… Je n’étais pas bonne. Mais Jean-Louis a persévéré. Je n’arrivais pas à lui dire "Oui", je n’arrivais pas à lui dire "Non". Même mauvaise aux essais, j’avais tellement de plaisir à jouer ! Alors il m’a proposé de faire de nouveaux essais dans des conditions de tournage avec de la lumière, l’équipe image, une maquilleuse, une coiffeuse, des costumes...C’est très rare de pouvoir faire des essais comme ça, ça n’arrive jamais, ça coûte trop cher. Les conditions de tournage m’ont donné une grande énergie, de l’intensité... J’étais meilleure. Là, Jean-Louis m’a dit : "Vous faites le rôle et on n’en parle plus, on ne remet plus ça en question". J’ai dit "D’accord". Le bonheur de jouer l’a emporté mais je me sentais sur des sables mouvants : c’était la première fois que je portais tout un film comme actrice. Et tout en le réalisant... J’ai essayé de mesurer l’ampleur de la tâche, je me suis bien entourée et puis on s’est mis au travail, on a commencé les répétitions.
Camille redouble
Camille redouble © radio-france / Arnaud Borrel / F comme film / Ciné@
L’idée phare du film est de voir les personnages principaux incarnés à différents âges par les mêmes acteurs..."Si les mêmes acteurs n’avaient pas joué les deux âges, je n’aurais pas fait le film. Je voulais raconter, entre autre, qu’à certains moments de notre vie, on a tous les âges à la fois. Seuls les mêmes acteurs jouant plusieurs âges pouvaient incarner cela.Quand je regarde le visage d’un acteur, d’une actrice, d’un ami, d’une passante dans la rue, je cherche toujours le visage de son enfance. Samir, India, Judith, Julia, mais aussi Yolande, Jean-Pierre Léaud, gardent quelque chose de tellement juvénile, c’est irrésistible! C’était d’autant plus important pour ce film que Samir et les filles jouaient l’adolescence.J’ai rencontré India Hair lors du casting et j’ai découvert une actrice de génie. Je connaissais Judith depuis plusieurs années, elle jouait une scène dans Faut que ça danse ! Elle était magnifique, gracieuse et drôle. Après le film, on ne s’est pas perdues de vue, j’allais la voir au théâtre, on se retrouvait après les représentations. On avait envie de retravailler ensemble... J’avais vu Julia dans Sauvage innocence de Philippe Garrel et ses essais ont été formidables. Je connaissais Samir pour l’avoir vu jouer au théâtre, dans les films de Bruno Podalydès, et j’ai été impressionnée par le très beau court métrage qu’il a réalisé.Les acteurs avec lesquels je travaille sont tous des gens avec qui j’ai envie de passer du temps, dont je me dis qu’on pourrait devenir amis.
Camille redouble
Camille redouble © Radio France / Arnaud Borrel / F comme film / Ciné@
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.