On ne déroge pas à la règle pour cet ultime film en compétition... Voici donc le synopsis de MUD écrit et réalisé par Jeff Nichols :

Ellis et Nekbone, 14 ans, découvrent lors de leurs escapades quotidiennes, un homme réfugié sur une île au milieu du Mississipi. C'est Mud : une dent en moins, un serpent tatoué sur le bras, un flingue et une chemise porte-bonheur. Mud, c'est aussi un homme qui croit en l'amour, une croyance en laquelle Ellis a désespérément besoin de se raccrocher pour tenter d'oublier les tensions quotidiennes entre ses parents. Très vite, Mud met les deux adolescents à contribution pour réparer un bateau qui lui permettra de quitter l'île. Difficile cependant pour les garçons de déceler le vrai du faux dans les paroles de Mud. A-t-il vraiment tué un homme, est-il poursuivi par la justice, par des chasseurs de primes ? Et qui est donc cette fille mystérieuse qui vient de débarquer dans leur petite ville de l'Arkansas ?

__

jeff nichols présente "mud", son troisième long métrage, à cannes
jeff nichols présente "mud", son troisième long métrage, à cannes © reuters

De Jeff Nichols et au regard de ses deux premiers films (SHORTGUN STORIES et TAKE SHELTER) on pouvait s'attendre à une nouvelle radiographie sans concessions des travers de la société américaine. Mais le cinéaste prend ici une nouvelle voie, plus apaisée, plus romanesque et moins politique. Avec MUD, on est en terrain connu : des adolescents qui font une rencontre initiatique décisive, des couples qui se déchirent ou ne parviennent pas à s'aimer, des oncles et des adultes en figures tutélaires, une femme fatale, des méchants vraiment méchants, la loi du Talion érigée en dogme et une nature à couper le souffle, en l'occurrence le Mississipi, ses îles, ses ramifications, ses plages de sables désertes et son impressionnant delta. Bref, le cinéma américain des grands sentiments et des grands espaces, celui qui puise sa source dans le western des origines et poursuit son histoire y compris dans ses transcriptions contemporaines comme c'est le cas ici : l'Ouest n'est plus à conquérir, mais l'âge adulte est toujours l'objet d'une quête difficile et semée d'embûches. Même la parfaite distribution du film mélange les générations et les histoires du cinéma américain avec brio : Sam Shepard assurant la gestion du patrimoine, Matthew Mcconaughey et Michael Shannon la nouvelle vague déjà établie, Reese Whitherspoon l'indispensable atout glamour et Tye Sheridan et Sarah Paulson l'âge tendre... Dit ainsi on parait se moquer, alors qu'au fond on préfère de très loin ce film hollywoodien-là aux autres en compétition (LAWLESS, KILLING ME SOFTLY et THE PAPERBOY notamment). Son clacissisme formel et narratif n'empêche pas une vraie sincérité du propos et Nichols parvient à tenir la note d'un film grand public sans jamais tomber dans les œillades ou les facilités. De là à ce qu'il figure au palmarès, on reste réservé, car d'autres propositions plus audacieuses et plus singulières nous ont transportés plus haut, plus loin et plus fortement que ce sage et beau MUD...

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.